Agnibilékrou : Un marabout-escroc arrêté, après s'être fait piéger par une femme


Le malfrat a été chopé (Photo d'illustration)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 16 avr. 2020
  • Visites: 1940
  • Commentaires: 0
Cinq (5) ans de prison assortis d'une amende de trois (03) millions de F Cfa. C'est la peine infligée le 8 avril dernier à un marabout, par le tribunal de 1ère instance d'Abengourou. A l'origine de cette décision de justice, une affaire d'arnaque. De quoi s'agit-il ?

Dans le courant du mois de mars dernier, un ouvrier de 29 ans prénommé Ferdinand, résidant à Abidjan, reçoit un coup de fil. Le numéro 52-57-90-20 qui s'affiche sur l'écran de son téléphone-portable, lui est inconnu. N'empêche, il décroche.

Au bout du fil, son interlocuteur décline son identité en informant qu'il est un célèbre marabout répondant au nom de Kouamé. Cela dit, il demande à Ferdinand s'il n'est pas intéressé par des sacrifices à faire pour améliorer son quotidien.

Ferdinand se rappelle justement que son père lui avait maintes fois recommandé de s'attacher les services d'un marabout, pour l'aider à mieux cerner son avenir et à maîtriser son destin. Il saute alors sur l'occasion. Il est partant pour l'offre de son interlocuteur.

Mais pour le travail, le marabout exige un mouton blanc, un cabri noir, un caméléon et la somme de 90 000 F Cfa. Ferdinand sacrifie à toutes ces exigences, en faisant un dépôt d'argent sur un compte mobile que le mystique lui communique.

Le 28 mars dernier, le marabout joint Ferdinand au téléphone et lui indique que le travail est achevé. A l'en croire, il s'agit d'un talisman que le jeune homme devra désormais porter constamment.

L'ouvrier qui, jusque-là, n'a jamais rencontré physiquement le mystique, est astreint à effectuer le déplacement jusqu'au cabinet de son marabout, pour récupérer son colis. Et c'est en ce moment, que le mystérieux Kouamé l'informe qu'il est dans un village du département de Koun-Fao. C'est au moins à 307 km dans le Gontougo, à l'Est de la Côte d'Ivoire.

L'ennui, c'est qu'en raison de la pandémie du Coronavirus, le gouvernement ivoirien, à cette période, avait annoncé l'isolement du grand Abidjan à partir du 30 mars. Il faut donc récupérer le talisman au plus vite.

Le lendemain dimanche 29 mars donc, Ferdinand saute dans un car de transport pour Koun-Fao en espérant retourner à Abidjan le même jour. Au passage, l'ouvrier demande à la prénommée Sandrine sa petite sœur qui elle, réside à Agnibilékrou, de l'accompagner.

(...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire Abidjan Abengourou Agnibilékrou gouvernement Coronavirus



Educarriere sur Facebook