Riviera Faya : Pour une affaire de chien, un footballeur se fait tabasser par un capitaine de l'armée, la gendarmerie prend le dossier en main
« Mon mari est un 10. C'est sur lui que je compte à Abidjan ici pour faire palabre »
Metoua Marcel (footballeur) : « Je ne mérite pas ça. Mes enfants sont traumatisés »


Le footballeur Marcel Metoua dit avoir été bastonné par des éléments des forces de l'ordre sur instructions du capitaine A.R.J de la gendarmerie
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 26 janv. 2021
  • Visites: 3967
  • Commentaires: 0
La gendarmerie a ouvert une enquête le dimanche 24 janvier 2021, à la suite de l'accusation du footballeur Métoua Marcel portée contre son bailleur, le capitaine de gendarmerie A.R.J. Ce dernier est accusé d'avoir fait bastonner le sportif pour une affaire de chihuahua, une chienne.

C'est une affaire de chien au sens propre. Depuis le dimanche 24 janvier 2021, elle a été ébruitée sur les réseaux sociaux par le footballeur Métoua Marcel et son épouse Chantal Métoua, une nourrice. Le couple accuse le capitaine A.R.J. (propriétaire de l'immeuble dans lequel habitent Marcel et Chantal) et sa femme de l'avoir agressé dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 janvier 2021, dans leur appartement situé au 2ème étage d'un immeuble à la Cité Prestige, à la Riviera Faya, dans la commune de Cocody. Et comme si cela ne suffisait pas, selon Chantal Métoua, le capitaine a fait venir des corps habillés dans deux cargos (n°34 et n°35) pour bastonner son époux qui a dû prendre ses jambes à son cou, pour échapper à ses bourreaux.

Comme l'a souligné Chantal dans la vidéo, la présence de la chienne adorée (un chihuahua) de son fils gène énormément le propriétaire de l'immeuble (le capitaine de la gendarmerie A.R.J.) et son épouse. Pourtant, précise-elle, avant de prendre l'appartement dans l'immeuble, elle avait signalé à l'agence immobilière que son fils a un chien. « Avant de venir dans l'immeuble, dans l'appartement, j'ai signalé que mon fils avait un chien. Ils ont fait mon contrat, ils ont dit que les animaux domestiques sont acceptés, il n'y a pas de problème. Cela a été cité. Chien, chat, poulet. En tout cas, tout ce que quelqu'un peut élever », précise-t-elle, avant d'ajouter qu'elle vivait en parfaite harmonie avec l'épouse du propriétaire de l'immeuble.

Chantal raconte que moins d'un mois après son arrivée à la Cité Prestige, elle a donné naissance à un nouveau-né qui a aujourd'hui 4 mois. « J'ai accouché, la chérie du propriétaire de l'immeuble m'a donné un coup de main pendant au moins une semaine. Le monsieur en question, le capitaine qui est venu nous porter main n'habite pas là. C'est sa chérie qui habite au sous-sol avec ses deux sœurs et leur enfant », raconte-t-elle.

Mais cette parfaite entente entre l'épouse du footballeur et la ‘'chérie'' du capitaine de gendarmerie va prendre un coup, avec les jérémiades de la seconde. En effet, Chantal fait savoir que sa voisine ne cessait de se plaindre à longueur de journée. « Avant ça, souvent elle vient se plaindre pour dire que ma servante a fait ceci, elle a fait cela. J'ai toujours essayé de la supplier. J'ai dit à mes grandes sœurs et mes grands frères que là où j'habite, la dame me fatigue. Elle m'embrouille beaucoup. Je ne sais pas, il y a quel problème, mais vraiment, elle me fatigue. Pour un oui ou pour un non, elle va venir se plaindre », raconte-elle, avant d'ajouter qu'elle avait prévu déménager pendant les prochaines vacances scolaires.

Elle rappelle que ses petites disputes avec Marcel sont des occasions de réjouissance pour la chérie du gendarme et ses sœurs. « J'ai eu de petites disputes avec mon mari. La dame et ses sœurs se sont réjouies. Mon voisin qui est juste en haut de moi, est venu intervenir. Celle d'en bas aussi est venue intervenir. La dame et ses sœurs étaient contentes, elles ont même pris leur téléphone pour mettre à ma fenêtre pour enregistrer nos propos. Quand j'ai connu sa position, je suis restée dans mon coin ».

« Je l'entendais engueuler mon mari »

La véritable passe d'armes entre la chérie du gendarme et le footballeur, a eu lieu le mercredi 20 janvier 2021. « On a eu des embrouilles avec la femme de notre propriétaire. Le mercredi, mon mari était en train de descendre de la dalle et se sont croisés. Elle dit, c'est le sale couple des brouteurs qui sont au 2ème, ce sont eux qui ont mis caca ici. Je l'entendais engueuler mon mari. De sales brouteurs comme ça, je vais faire quoi avec vous ? C'est vous qui mettez caca ici », rapporte Chantal qui indique que Marcel qui partait faire une course ne se reconnaissait pas dans ces accusations.

Plus tard, le dossier du chihuahua est revenu à la surface. « Quand il (Marcel) est revenu de sa course, la dame disait enlevez la chienne qui est en bas ici…J'ai dit que je ne peux pas enlever la chienne parce que la dernière fois, c'est ton mari qui a dit de la mettre en bas. Pourquoi tu veux qu'on l'enlève ? Je ne peux pas enlever. Elle a fermé la porte où la chienne est restée durant au moins deux jours », poursuit Chantal qui ajoute que la chérie du gendarme a dû appeler des gens du quartier pour mettre la chienne dehors. Finalement, le footballeur et son épouse ont trouvé une place sur la dalle pour le chihuahua, comme souhaité par la femme du capitaine A.R.J. L'épouse du footballeur rappelle que, pourtant, c'est sur recommandation du capitaine que la chienne a été casée en bas de l'immeuble.

Le lendemain jeudi, le capitaine de la gendarmerie est entré en scène. A en croire Chantal, il est venu frapper à leur porte, entre 21 heures, 22 heures. Une fois à l'intérieur, il fait savoir qu'il est le maître des lieux. « Ici là, la maison, c'est pour ma femme et moi », rapporte Chantal qui a fait savoir que Marcel a répliqué vigoureusement. « Ici, c'est pour votre femme et vous, mais nous louons. Quand nous venions ici, nous avons signé un contrat. Ou bien vous pensez que nous sommes vos enfants ».

L'agression du footballeur et son épouse

Toujours selon Chantal, après la réplique de son époux, le gendarme l'a giflé. « Quand mon mari a dit cela, il l'a giflé. J'étais tellement étonnée de la scène. Je m'apprêtais à laver mon bébé. Mon mari a dit, prends le téléphone pour filmer la scène. Je venais vers lui. Je ne sais pas ce qu'il a pris, je me suis retrouvée à terre. Il m'a bousculée, je suis tombée. Et puis, il m'a tapée », a-t-elle dit avant de raconter que le gendarme les a traités de drogués : « Vous êtes malades, des drogués comme vous, vous allez venir faire la loi chez moi. Des délinquants comme ça ». Une aubaine pour la chérie du gendarme de régler ses comptes. « Sa femme et ses sœurs sont montées avec des bois de placali. Elles ont commencé à taper partout. Et mon mari a dit que cela ne va pas rester comme ça », poursuit l'épouse du footballeur.

Quant à Marcel, il ne comptait pas se laisser faire et entendait porter l'affaire devant la police. Descendu de l'immeuble avec son épouse, ils se sont rendus compte qu'ils avaient oublié leurs pièces à la maison. Mais Marcel et Chantal ne pourront pas les récupérer puisque selon son épouse, le gendarme a fermé le portail. « Quand il nous a vus revenir, il a fermé le portail. Je lui ai dit d'ouvrir, il dit que nous ne sommes pas chez nous et que nous ne pouvions pas rentrer. J'ai appelé ma grande sœur pour lui expliquer et je lui ai demandé de venir. 10 à 15 minutes plus tard, un cargo des corps habillés est arrivé vers nous. Il leur a dit : embarquez le délinquant qui est arrêté là. Les corps habillés ont commencé à (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


téléphone film don scolaire jeu footballeur Cocody Riviera gendarmerie police




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour