Lutte contre l'insécurité et le grand banditisme : Des armes de guerre saisies sur des coupeurs de route
Comment opéraient-ils


Fin de parcours pour ce redoutable gang aux amulettes (Photo DR)
  • Source: Soir Info
  • Date: lun. 26 sept. 2016
  • Visites: 2309
  • Commentaires: 0
Le gang de Traoré Adama régnait en maître absolu sur le tronçon Tafiré (642 km au nord d'Abidjan) Korhogo (633 km) d'environ de 200 km.

Les usagers qui échappaient à ce gang bien organisé et surtout bien armé n'étaient pas nombreux. Ces coupeurs de route disposaient de six fusils d'assaut de type AK 47 redoutables armes de guerre. En sus, se voulant invisibles, ils se sont attaché les services de plusieurs marabouts qui les auraient préparés mystiquement contre les balles et leur  auraient donné la possibilité de disparaître. Avec cette « puissance de feu », ils vont ériger des corridors sanglants tout au long de cette voie internationale où ils ont commis des meurtres en ouvrant systématiquement le feu sur les usagers. 

À travers l'opération « Renard » qui prend en compte toutes les routes nationales et internationales ainsi que les pistes reliant de grandes localités, la gendarmerie nationale actionne ses  unités spécialisées et  escadrons dans un rayon qui couvre  cette vaste zone. C'est ainsi que les gendarmeries de Bouaké (349 km) et de Korhogo sont mises à rudes contributions pour mettre fin aux activités néfastes de cette bande.

Les résultats sont immédiats car,  le dimanche 18 septembre 2016, exploitant des informations en leur possession, les éléments de l'escadron de Bouaké effectuent une descente  au quartier Maroc de ladite ville. Ils interpellent le nommé le Dicko  Ahmed,  connu sous le prénom «Aimé ». Il est l'un des lieutenants sûrs de Traoré Adama, le chef de gang. Mais celui-ci comme le soutient Aimé, réside à Korhogo. Il reconnaît que leur bande est à l'origine des braquages sanglants et meurtres dans la zone de  Tafiré .  D'ailleurs, il ne fait pas de difficulté à reconnaître les faits et est même prolixe en révélant   appartenir à un gang de six (6) personnes « commandées » par  le chef Traoré résidant à Korhogo.

Le mardi 20 septembre 2016,  les escadrons de Bouaké et (...)

Lire la suite sur Soir Info


Abidjan Korhogo Bouaké Maroc coupeurs de route gendarmerie




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour