ft-ad_1
Afrique/Monde

Coup d'État au Niger: La CEDEAO impose des sanctions et n'exclue pas d'intervenir militairement

post-img

Le sommet extraordinaire des chefs d'État de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) s'est conclu à Abuja, ce dimanche 30 juillet 2023, avec des décisions marquantes en réponse au coup d'État qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum au Niger mercredi dernier. Les dirigeants de la Cedeao ont accordé une semaine aux militaires putschistes pour rétablir Mohamed Bazoum dans ses fonctions, sous peine de faire face à des conséquences plus sévères.

L'institution sous-régionale a adopté, ce dimanche 30 juillet 2023, plusieurs sanctions immédiates à l'encontre des militaires à Niamey. Elle a tout d'abord imposé des interdictions de voyager aux officiers militaires impliqués dans le coup d'État.

Frontières fermées, transactions commerciales suspendues

La Cedeao a clairement affirmé que Mohamed Bazoum est le président légitime, élu et reconnu par la communauté internationale. Par conséquent, seules les décisions prises par M. Bazoum et ses représentants seront reconnues par la Cedeao.

Outre ces interdictions de voyager, la Cedeao a décidé de fermer ses frontières avec le Niger, ce qui se traduit par la suspension de tous les vols à destination du pays et des transactions commerciales.

Selon les déclarations de la Cedeao, Mohamed Bazoum et sa famille sont considérés comme des otages des putschistes

Les transactions énergétiques ont également été suspendues, impactant ainsi les relations économiques avec le Niger. De plus, le pays est désormais suspendu de la banque de développement ouest-africaine.

Une éventuelle intervention militaire
Lire la suite sur linfodrome.com


économiques Afrique État 2023 Cedeao développement

Articles similaires