Continuité Pédagogique/crise du COVID-19 : proviseure et proviseur-adjoint du LIJM partagent leur expérience

  • Source: Educarriere
  • Date: vend. 24 avr. 2020
  • Visites: 1612
  • Commentaires: 0

Face à la crise sanitaire que traverse le monde entier, le Lycée international Jean-Mermoz d'Abidjan a dû fermer ses portes à l'instar d'autres établissements scolaires en Côte d'Ivoire, suite à l'annonce du président de la République le 16 mars 2020. Afin d'éviter le décrochage des élèves, l'équipe de direction de l'établissement avec à sa tête Madame DUPEYRON, Proviseure, a mis en place une continuité pédagogique.

L'établissement a certes fermé ses portes mais l'école ne s'est pas arrêtée pour autant. Plusieurs actions ont été entreprises pour assurer la continuité pédagogique en fonction des niveaux des élèves.

Au secondaire, les cours et les devoirs sont donnés via un logiciel de gestion d'établissements et sur plateforme   d'e-learning, accompagnés   de   rendez-vous   élèves-professeurs   en   visioconférence. L'organisation de l'enseignement à distance alterne sur des temps de travail synchrone (avec l'enseignant en visioconférence) et des temps de travail asynchrone (les élèves travaillent en toute autonomie).

Pour ce qui est du primaire, les cours et les devoirs sont envoyés sur un service de stockage en ligne, en plus des applications recommandées par les enseignants pour un meilleur apprentissage de l'élève. Des rendez-vous sont également pris par visioconférence pour des échanges entre élèves et enseignants, tous les jours.

Des outils numériques adaptés aux besoins des élèves

Selon Madame DUPEYRON, proviseure, et Monsieur DOGO proviseur adjoint, l'établissement avait déjà mis en place un Espace Numérique de Travail (ENT). En effet, La Mission laïque française (Mlf) travaillait déjà depuis plusieurs années au développement de projet numérique dans les établissements de son réseau, et comme le demande le ministère français de l'éducation nationale. Des outils comme Pronote, logiciel français de gestion d'établissements (privé), et MOODLE (application open source) comme ENT, installés depuis deux ans, étaient déjà utilisés.

À ceux-là, il a fallu adjoindre de nouveaux outils pour élargir l'offre de formation ; Calcul@tice, le projet Voltaire, Lalilo pour le e-learning, Zoom et Discord pour la visioconférence. Ils permettent aux élèves d'être constamment en situation d'apprentissage et de s'exercer avec une certaine autonomie.

De plus, les professeurs, formés par niveau de classe ont adapté leur pédagogie à ces nouveaux outils.

Une adaptation au fur et à mesure

Il a fallu 15 jours après la fermeture pour accompagner les enseignants, les parents et les élèves. Du matériel et des kits de connexion internet ont été mis à la disposition des enseignants.

La mise en place du dispositif ne s'est pas faite sans certaines difficultés puisque certains outils étant nouveaux, « nous avons dû faire des formations accélérées soit en présentiel juste avant la fermeture, soit à distance après la fermeture, puis réaménager les emplois du temps » relève monsieur DOGO, proviseur adjoint. L'équipe de direction et le service informatique du lycée ont travaillé d'arrache-pied pour faire fonctionner le système.

« Dans certaines familles, il n'y a qu'un ordinateur avec plusieurs enfants donc difficulté pour tout le monde de se connecter en même temps (…) selon les lieux de domicile la connexion est plus ou moins bonne », déplore madame DUPEYRON.  Mais pour elle, ces difficultés n'empêchent pas son engagement à offrir un enseignement de qualité « au fur et à mesure du déploiement on découvre de nouvelles applications, nous sommes en recherche permanente pour enrichir nos outils, ce qui demande à chaque fois un temps d'adaptation ».

Des résultats déjà satisfaisants

Si, au début de la mise en place du système, plus de 60% avaient du mal à se connecter, 95% des élèves sont maintenant connectés. « On constate que le taux de connexion et de participation est très élevé. Les familles suivent le dispositif », se réjouit monsieur DOGO pour qui « le risque de décrochage de certains élèves a été évité ».  Cela, grâce aussi au travail des conseillers principaux d'éducation qui entrent systématiquement en contact téléphonique avec les parents pour comprendre pourquoi leur enfant n'était pas au rendez-vous prévu sur l'emploi du temps.

Les parents véritables acteurs de la continuité pédagogique

 

Pour une mise en pratique évidente et efficiente, les parents en première ligne du suivi pédagogique ont dû davantage accompagner leurs enfants. « Si ce dispositif est un succès c'est aussi grâce à l'implication des parents d'élèves », tiennent à préciser la proviseure et le proviseur-adjoint.

Grâce à l'énorme collaboration et mobilisation des différents acteurs que sont l'équipe de direction, les parents, les enseignants et les élèves, « l'école n'a jamais été aussi proche », malgré la fermeture.

La Mlf toujours engagée

Au niveau du réseau Mlf, le Forum Pédagogique, plateforme de formation à distance entre pairs forums constitue un levier permettant partages de connaissances et d'expériences.

Un avenir avec de nouvelles perspectives

Avec l'expérience acquise pendant cette situation exceptionnelle, il est clair que les pratiques pédagogiques vont être modifiées. Les enseignants utiliseront davantage les outils numériques pour le suivi des élèves à besoins particuliers, notamment. « Il y aura surement une dématérialisation de l'outil pédagogique ». « Nous réfléchissons déjà à une organisation, en cas réouverture si le gouvernement ivoirien le décide, pour poursuivre en présentiel la pédagogie tout en garantissant la sécurité sanitaire des élèves et du personnel. » conclut madame DUPEYRON.




Côte d'Ivoire Abidjan internet gouvernement emplois



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour