Ouattara Mandjara est morte : Ses dernières confidences à ses proches - Ce qui a tout précipité


Ouattara Mandjara a rendu l'âme, hier (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: mer. 28 mai 2014
  • Visites: 14989
  • Commentaires: 46
Ouattara Mandjara, jeune fille de 33 ans, n'a pas survécu à ses graves blessures consécutives à sa tentative d'immolation par le feu devant le palais présidentiel du Plateau, le mercredi 21 mai 2014.

Elle a rendu l'âme aux premières heures du mardi 27 mai 2014 (peu après minuit), selon des sources médicales au service de réanimation (urgences) du Centre des grands brûlés au Chu de Cocody où elle avait été admise. Après le constat, son corps a été transféré, dans un premier temps, à la morgue du Chu de Cocody en attendant que les parents décident de la conduite à tenir.

Ses proches présents à qui les praticiens ont apporté la nouvelle du décès, n'ont pu retenir leurs larmes. Certains, abattus, ont regagné leur domicile quand d'autres informés de la triste nouvelle ont débarqué sur place. Les formalités ont ensuite été faites pour l'enlèvement (Centre des grands brûlés) et la conservation (morgue) de la dépouille de Ouattara Mandjara, fermant ainsi une semaine « difficile » pour ses proches. Il faut le dire, la situation de Ouattara Mandjara était quasiment désespérée et rien ne pouvait être fait, selon des sources médicales. « Ouattara Mandjara est arrivée chez nous dans un état critique, avec des brûlures au troisième degré contrairement aux informations qui faisaient espérer. Lorsque nous l'avons examinée, sa forte corpulence et la première couche de peau ayant été quasiment détruites par des produits décapants,  il était difficile de rattraper quelque chose sur elle. Pis, elle est restée longtemps dans un état comateux. Les rares moments de lucidité n'étaient pas rassurants. Elle refusait de s'alimenter. Les médicaments seuls ne suffisaient pas », nous a révélé, le mardi 27 mai 2014, un médecin traitant, qui expliquait, sous le sceau de l'anonymat, ce qui aurait conduit à la mort de dame Ouattara Mandjara.

Pour celui-ci, c'est le contraire qui aurait étonné. « Je peux même dire que Ouattara Mandjara a longtemps résisté, car ce n'était pas évident pour elle de tenir sur plus de trois jours. Le même jour de son arrivée, un enfant brûlé au troisième degré comme elle, est décédé les heures qui ont suivi. Donc, faire plus de cinq jours, constitue presqu'un exploit. Vu l'état dans lequel elle est arrivé, elle était quasiment condamnée », a poursuivi ledit médecin.

La dernière volonté de Mandjara

Ruinée et sous la menace de créanciers, Ouattara Mandjara vivait presque dans la clandestinité, selon des parents qui nous ont fait la confidence. « Les portes qu'elle tapait ne s'ouv (...)

Lire la suite sur Soir Info


Chu de Cocody service Ouattara jeu Plateau information enlèvement




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour