Ayamé / Après un braquage : Des villageois prennent en otage des gendarmes et font libérer un dozo


(Photo d'archives)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mar. 27 nov. 2018
  • Visites: 805
  • Commentaires: 0
Il est de coutume que la période de la grande campagne cacaoyère est émaillée d'actes criminels dans la région du Sanwi. Et K.O., Président du conseil d'administration ( Pca) de la Coopérative entente de la Bia (Coopebia), en a fait les frais. Le mercredi 14 novembre 2018, il se faisait attaquer pour la troisième fois.

De fait, selon des témoignages, tôt ce mercredi-là, le Pca se met au volant de sa Mercedes et se lance en direction du village de Yaou. Il a en sa possession, la somme de 40 millions de F Cfa soigneusement rangée dans un sac. De l’argent qui doit servir à payer les producteurs agricoles affiliés à sa coopérative.

En cours de route, après le village d’Ebikro, K.O. rencontre en chemin le chef du village de Yaou, qu'accompagne son fils à moto. Il l'invite à prendre place auprès de lui, à bord de sa voiture. Très enchantée, la tête couronnée ne décline pas l'offre, face aux conditions de voyage qui vont à présent être relativement confortables. Il laisse ainsi son fils poursuivre seul le reste de la distance à moto, en direction de Yaou.

Alors, à bord de la voiture, le Pca et le chef traditionnel qui se connaissent très bien, devisent tranquillement sur la traite cacaoyère en cours. Mais ce qu'oublient les deux hommes, c’est que les gangsters qui écument les axes du canton ‘’Djandji’’, ont repris du service et ne vont pas tarder à entrer en scène.

A relire: Daloa: Un dozo viole deux sœurs de 14 et 17 ans

En effet, roulant à une vitesse réduite du fait du mauvais état de la route, K.O. et le chef aperçoivent soudainement devant eux, le fils de ce dernier, immobilisé par des gangsters ayant obstrué la voie. Voyant cela, le Pca tente de forcer le passage.

Les bandits qui perçoivent cela, tirent dans les roues de la Mercedes qu'ils parviennent ainsi à immobiliser. L’un des criminels apparemment bien informés, monte à bord de la voiture et s'empare du sac contenant les 40 millions de F Cfa. Quelque peu sonné, K.O. demande néanmoins au malfaiteur, s'il entend prendre tout l’argent. « Dis merci à Dieu que tu as la vie sauve. C’est plutôt l’argent qui t’intéresse. Tu vas voir », lance l'indélicat.

Et une fois descendu de la voiture avec le magot, le malfrat ordonne à son comparse de tirer sur K.O. Te (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook