Samuel Eto'o annonce la construction d'une école primaire en Côte d'Ivoire

  • Source: APA
  • Date: lun. 18 juin 2018
  • Visites: 1155
  • Commentaires: 0
Le footballeur international camerounais, Samuel Eto'o Fils a annoncé lundi à Abidjan, qu'il a en projet de faire «beaucoup de choses » en Côte d'Ivoire, notamment la construction d'une école primaire.

« Nous voulons faire beaucoup de choses en Côte d'Ivoire. Dans un avenir proche, je discuterai avec mon grand-frère (Guillaume Soro) pour voir dans quelle ville et comment nous pouvons construire une école primaire», a annoncé M. Eto'o estimant que « l'éducation est la base de tout».

 Il s'exprimait au palais de l'Assemblée nationale après une séance de travail avec le président du parlement ivoirien, Guillaume Kigbafori Soro et des députés. Énumérant ses projets en terre ivoirienne, il a également fait savoir qu'il entend organiser la deuxième édition du « Eto'o Charity match» en Côte d'Ivoire après la première édition qui aura lieu au  Cameroun avant la Coupe d'Afrique des nations (CAN 2019). 

Le « Eto'o charity match», lancé en 2016 à Antalya en Turquie par Samuel Eto'o, est un gala  et un match de charité réunissant des grandes personnalités du monde du sport, de la musique, du cinéma dans le but de lever des fonds pour réaliser en Afrique les projets de la Fondation portant son nom.

Auparavant, M. Eto'o a expliqué aux parlementaires sa vision du continent africain égrenant les actions sociales menées par sa fondation (Fondation Samuel Eto'o) au Cameroun, son pays  dans les domaines de l'éducation, de la santé et du bien-être des jeunes.

Dans la foulée, il s'est félicité du dynamisme de l'économie ivoirienne sous le mandat du président ivoirien Alassane Ouattara, saluant « la grande résilience » du peuple ivoirien face aux conflits internes.

 « Malgré les efforts financiers déployés pour le renforcement du secteur éducatif, il ne représente que 15% des dépenses publiques de la région subsaharienne », a-t-il déploré estimant que « le système éducatif africain doit être révisé afin de concentrer plus de moyens dans les premières années de formation, d'inclure la scolarisation des plus pauvres et la formation des adultes ne possédant aucune compétence de base».

Selon lui, dans la région subsaharienne, 1 enfant sur 3 ne va pas au bout de ses études primaires, 50% ne finissent pas le secondaire et moins de 10% font des études supérieures.  « Je me souviens que mon parcours n'a toujours pas été un long fleuve tranquille », a rappelé M. Eto'o aux députés expliquant que « notre présence ici est le signe manifeste de l'intérêt que nous accordons aux préoccupations touchant l'avenir de la jeunesse de notre continent ». 

 Poursuivant son plaidoyer pour l'épanouissement de la jeunesse africaine, M. Eto'o a soutenu que « les projets liés à (...)

Lire la suite sur APA



Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook