ft-ad_1
Afrique/Monde

Drame à Attobrou : Un planteur fusillé, tailladé à la machette et égorgé dans le campement de Saraba

post-img

Le corps sans vie de N'guessan Offoumou Léonard a été découvert très tôt dans la matinée du vendredi 11 mars 2022, dans son campement dénommé Saraba, à environ 6 kilomètres de la sous-préfecture d'Attobrou, village situé à 25 kilomètres d'Agboville. Ce planteur de 53 ans, a été lâchement tué par des inconnus.

N’guesseman Offoumou Léonard, un planteur âgé de 53 ans, a été atrocement tué, dans son campement dénommé Saraba, non loin d’une rivière du même nom, à environ 6 kilomètres de la sous-préfecture d’Attobrou, village situé à 25 kilomètres d’Agboville. Son corps sans vie a été découvert très tôt dans la matinée du vendredi 11 mars 2022, par le prénommé Severin avec lequel il devait faire la cueillette de ses cabosses de cacao, le même jour.

Selon son frère aîné N’guessan N’cho Alexandre, le vendredi 11 mars 2022, il a été joint au téléphone aux environs de 7 heures par le prénommé Franck, habitant d’un campement voisin de Saraba. Au téléphone, son interlocuteur lui apprend que son frère cadet s’est « suicidé » dans son campement. Sans perdre le temps, N’guessan N’cho Alexandre enfourche sa moto et se rend immédiatement au campement où il ne trouve personne.

Lorsqu’il franchit le seuil de la porte, il découvre l’horreur

A Saraba, il trouve la porte de la maison de son frère Léonard ouverte. Lorsqu’il franchit le seuil de la porte, il découvre l’horreur. N’guessan Offoumou Léonard est étendu, baignant dans une mare de sang. Il a reçu une décharge de chevrotine dans le mollet. Sa main gauche est tailladée à la machette. Pour ne même pas lui laisser une chance de survie, le ou les assassins l’ont tout simplement égorgé.

Choqué par l’horrible scène, N’guessan N’cho Alexandre tremble de tout son corps. C’est avec peine qu’il enfourche sa moto pour aller annoncer la terrible nouvelle à Attobrou et alerter les éléments de la gendarmerie. Les instants qui suivent, les parents du défunt et les gendarmes se déportent à Saraba avec un médecin. Le constat fait, le corps du pauvre planteur a été enlevé et transféré au village.

« Les parents de N’guessan Offoumou Léonard décident de l’inhumer le même jour »

Après l’interrogatoire subi à Agboville par les habitants des campements voisins et tous les suspe (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


téléphone village ville gendarmerie cacao

Articles similaires