Société

Communiqué sur les enlèvements : Un membre de la société civile confond la police nationale

post-img
Le Communiqué de la Police fait débat

Le communiqué relatif aux enlèvements en Côte d'Ivoire de la Police Nationale en date du jeudi 3 février alimente les débats. Kevine Mian Président d'une ONG ne partage pas les arguments avancés par les autorités policières.

Sans vouloir remettre en cause les informations contenues dans le communiqué produit par la police nationale, Kevine Mian président de la commission nationale de la jeunesse active de Côte d’Ivoire (CNJA-CI) admet néanmoins que certains points sont discutables et invite la police a poussé encore plus loin les enquêtes.

« Sauf Votre Respect, Est-ce le fait qu’Est-ce l’ensemble des ivoiriens ce soient plaints du laxisme au niveau sécuritaire que vous cherchez par tous les moyens à laver votre nom ?

Même si vous devez le faire, faites le bien et de façon professionnelle car on n’a pas besoin de faire Harvard ou New York police judiciaire pour établir et comprendre certains faits.

Les résultats des enquêtes sur les enlèvements jamais révélés

Pour rappel nous n’avons pas attendu les explications de la police ni de la famille pour savoir que la toute première femme qui avait disparu était allé en week-end, quasiment tous les ivoiriens après écoute du récit l’ont toute suite compris.

[Kidnapping qui commence vendredi après le boulot et se termine dimanche soir pour pouvoir reprendre le boulot le lundi] avons-nous besoin de faire la criminologie pour capter ?

Le cas de Madame Ehouman diffère

Mais le cas de madame Ehouman est très différent, et les ivoiriens s’y sont accrochés parce que contrairement à ce que vous croyez l’ivoirien est très réfléchi. Il est alors très déplacé de faire un communiqué en plaçant madame Ehouman dans le lot de la première femme.

Selon vous :

Pour plaire à qui quelqu’un va aller se raser les poils et se couper les cheveux ?

Pour plaire à qui quelqu’un va se retrouver près d’une brousse à moitié nu dans une ville inconnue appelé Djébonoua et courir sur la voie avec un morceau de pagne ?

C’est humiliant que des malfaiteurs sévissent dans la ville d’Abidjan
(...)

Lire la suite sur linfodrome.com


professionnelle Côte d'Ivoire ONG ville Abidjan jeunes Côte d’Ivoire Police ivoiriens information enlèvement

Articles similaires