Transformation du cajou en Côte d'Ivoire : Amadou Gon Coulibaly présente trois mesures incitatives aux investisseurs étrangers


Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, 4ème à partir de la droite, a salué la tenue de ces deux événements à Abidjan. (Ph : DR)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 13 fév. 2020
  • Visites: 372
  • Commentaires: 0
Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire, abrite deux événements majeurs du 12 au 14 février 2020. Il s'agit de la 6ème édition de la Convention mondiale du cajou (WCC) et de la 3ème édition des Journées nationales du cajou de Côte d'Ivoire (JNEC-CI 2020).

Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, a procédé mercredi 12 février 2020 à l'ouverture de la 6ème édition de la Convention mondiale du cajou (WCC) et de la 3ème édition des Journées nationales du cajou de Côte d'Ivoire (JNEC-CI 2020). Ces deux événements dont le thème fédérateur retenu est : « Quel écosystème durable pour le secteur mondial du cajou ? » auront lieu du 12 au 14 février 2020 au Radisson Hôtel Airport, à Abidjan, dans la commune de Port-Bouet. Profitant de la cérémonie d'ouverture de ces rencontres, Amadou Gon a invité les opérateurs étrangers à venir investir dans la transformation du cajou en Côte d'Ivoire. Il a rassuré ces derniers que tout sera mis en œuvre afin que leurs investissements soient un succès. À cet effet, il a rappelé les trois mesures ''majeures'' d'incitation à l'investissement dans la transformation du cajou en Côte d'Ivoire. Il s'agit, a-t-il dit, concernant la première mesure, de l'octroi aux unités industrielles de subventions pour la transformation locale du cajou. La deuxième mesure est relative à l'engagement des investissements de 200 millions de dollars, soit 100 milliards de Fcfa, pour la compétitivité de la chaîne de valeur de cajou. Un programme conçu en partenariat avec la Banque mondiale et qui court jusqu'en 2023. Ce programme, selon le Premier ministre, vise à renforcer l'organisation et la gouvernance de la chaîne de valeur de l'anacarde, à accroître la productivité de la culture du cajou, à améliorer l'accès au marché des noix brutes et faciliter l'installation des unités de transformation dans les différentes régions de production. « Enfin, s'agissant de la troisième mesure, nous avons adopté en juillet 2019, des mesures additionnelles d'incitation fiscales au bénéfice des industriels du cajou. Nous espérons que ces mesures permettront d'accélérer la transformation locale du cajou », a mentionné Amadou Gon Coulibaly. Puis d'insister sur le fait que le gouvernement ivoirien veut faire du se (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Amadou Gon Coulibaly Côte d'Ivoire Port-Bouet Abidjan Banque mondiale gouvernement anacarde partenariat




Educarriere sur Facebook