Abobo / Affaire ''Détournement des dons de la Première dame'' : Voici ce qui s'est réellement passé


(Photo d'archives)
  • Source: Le Sursaut
  • Date: jeu. 11 juin 2015
  • Visites: 2669
  • Commentaires: 0

La Première dame, Dominique Ouattara, a offert des vivres et non-vivres aux femmes d'Abobo à l'occasion de la fête des mères célébrée le 30 mai dernier. Malheureusement, il y a eu une confusion dans leur répartition. D'aucuns pensent que les syndicats de la nouvelle gare ont confisqué ce don quand d'autres soutiennent qu'il a été détourné par la mairie de ladite commune.

Face à ces accusations, la municipalité a tenu à apporter des éclairages. Ainsi, le samedi 6 juin, Amara Bamba, directeur de cabinet du maire Adama Toungara, qui avait à ses côtés son chef de cabinet, Inza Cissé, a animé une conférence de presse dans les locaux de la mairie. Il a d'emblée fait savoir qu'il s'agit d'une intoxication faite à dessein. « Nous avons été saisis de ce que la Première dame avait choisi Abobo pour célébrer la fête des mères. Dès cette annonce, nous nous sommes mobilisés avec sa directrice de cabinet pour trouver l'endroit idéal pour la fête. C'est ainsi que nous avons choisi, de concert, la nouvelle gare. Je rappelle que les dons étaient destinés aux associations et aux femmes de l'administration à Abobo. Mais, au cours de cette célébration, les autorités ont voulu partager, aux mamans présentes, une partie du don. Ce qui s'est terminé dans le cafouillage », précise Amara Bamba. Selon lui, ce sont environ 200 Organisations non gouvernementales (Ong), inscrites dans leur base de données, qui étaient concernées.

Malheureusement, ces dernières n'ont pas toutes pu recevoir leurs parts du fait du désordre qui s'est imposé à la fête. Même des adolescents ‘'microbes'' se sont invités à cette célébration pour la saboter. Alors qu'avant les festivités, une réunion technique a été tenue le 26 mai 2015 avec la directrice de cabinet de la Première dame, Patricia Silvie Yao, axée sur l'organisation. Et il est ressorti de cette rencontre que la mairie était chargée de faire partir la liste des associations féminines, composée chacune de 50 femmes.

Mais au moment du partage, un désordre s'est installé. Des femmes ont envahi la directrice de cabinet de la Première dame, les agents de police et les bénévoles chargés de la distribution, pour accaparer les 5.000 pagnes. Pour éviter pareille situation, les autorités ont donc décidé d'impliquer la mairie dans la répartition des vivres et non-vires. Quatre gros camions se sont chargés d'évacuer les articles sous la houlette du directeur de cabinet de la mairie. Après quoi, les 50 congélateurs, les vivres et non-vivres ont été correctement distribués aux vrais bénéficiaires composés d'associations de femmes, des communautés villageoises, des hommes religieux, des chefs de communauté et des femmes de l'administration d'Abobo.

A ce jour, précisera le conférencier, il n'y a plus de don à la mairie. Ce sont 124 associations féminines qui ont pu bénéficier de ces dons. 

Adama Coulibaly




Dominique Ouattara Toungara Adama Coulibaly Abobo gouvernement police microbes



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour