Avant ses deux grands concerts au Palais de la Culture de Treichville
Interview exclusive / Meiway dévoile : « J'ai touché beaucoup d'enveloppes de partis politiques »

  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 22 déc. 2016
  • Visites: 1180
  • Commentaires: 0
Avant ses deux grands concerts du vendredi 23 et lundi 26 décembre au Palais de la Culture de Treichville, Meiway s'est rendu au studio du Groupe Olympe où il s'est prêté aux questions des journalistes de Linfodrome, Soir Info et L'Inter.

A quoi le public devra s’attendre avec « Illimitic » sur scène ?  

Ça peut donner de l’insolite, de l’extraordinaire et du particulier parce que c’est du jamais vu. Depuis que l’album est sorti, c’est la première fois que nous allons faire un concert en Côte d’Ivoire. Donc c’est à découvrir. C’est une nouvelle chorégraphie, c’est une nouvelle façon de s’habiller, c’est une nouvelle façon de danser, c’est une nouvelle façon même de se positionner sur scène et souffrez que je n’en dise pas plus. Il faut simplement venir découvrir.

 

Comment Meiway explique-t-il le fait que depuis 27 ans qu’il fait le Zoblazo, il n’y ait que lui seul à le promouvoir ?

En réalité, j’ai créé une musique et j’ai cet avantage-là d’avoir innové puisque le Zoblazo n’exitait pas avant. Seulement, c’est une musique d’initiés. Moi, pour faire cette musique, je suis allé à Bassam, dans les villages, j’ai écouté les vieux. À l’heure où on demande aux vieilles personnes de quitter, moi je suis allé vers les vieux pour écouter, pour entendre, pour m’initier, pour m’inspirer des folklores pour faire mon Zoblazo. Celui qui ne suit pas ce cheminement ne pourra jamais réussir dans le Zoblazo. Voilà le secret.

 

Le titre « Illimitic » que porte votre album n’est-il pas une forme voilée de la célébration et la promotion de cette secte dite ‘’Illuminati’’ ?

(Il rit aux éclats) On m’a déjà posé une question là-dessus. J’ai tourné récemment le clip de « Petit kakaba » où je portais un t-shirt avec un œil, on a tout de suite associé ce t-shirt à une appartenance à une secte. Je dis mais ça paraît à mon avis réducteur. Si pour être musulman ou chrétien, il faut porter un t-shirt pour le prouver, j’estime que c’est très réducteur. Je pense qu’il faut s’éloigner de ces clichés, je suis catholique averti, confirmé et je l’affirme dantage après la question que vous venez de poser. Je reste très attaché à ce que Dieu m’a donné comme chance et je me retrouve devant vous parce que j’ai cette chance d’être une personnalité, une célébrité et je dois tout cela à Dieu. Je dois donc beaucoup à Dieu, à l’église et nulle part ailleurs. 

 

Quelle est la particularité de votre album « Illimitic » et quel est le message qui en découle ?

« Illimitic » comme son nom l’indique, c’est un album sans limite. C’est un album qui caractérise un peu tout ce que j’ai voulu attendre de ma musique, le Zoblazo. Cette musique qui est déjà à sa base et dans sa source métisse parce que nous dans le groupe Akan, on vient un peu de partout, d’une même source, le Ghana mais il y a les Agni, les N’Zima, les Baoulé, les Attié et énormément de découvertes. Et ce métissage, j’ai voulu le voir évolutif et c’est pourquoi j’ai traversé les frontières Akan pour aller par exemple chez les Krou en parlant de Monogaga, chez les Wê. C’est cette envie de faire évoluer ma musique et de la faire traverser les frontières qui fait en sorte que j’ai voulu affirmer davantage ces titres ce métissage culturel qui caractérise aussi mon pays, la Côte d’Ivoire. Et puis, aussi, je pense que c’est une valeur qu’il faut protéger parce que la Côte d’Ivoire est une plaque tournante de l’Afrique de l’Ouest et même de l’Afrique toute entière à cause de ce métissage culturel. J’essaie donc de faire ressentir tout cela dans ma musique davantage avec tout ce qu’on a vécu dans les crises et je pense donc qu’il est grand temps de remettre les pieds dans le plat de la vraie source de la réussite de la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, à mon humble niveau, dans ma musique j’essaie de la faire ressortir.  

 

Meiway, c’est 27 ans de carrière. Sommes-nous tenté de vous demander quel est votre secret de longévité ?

L’enseignement que je retiens, c’est que j’ai rêvé tout petit d’être une star dans mon pays et aujourd’hui je suis une star hors de mon pays. J’évolue sur dubonus et je rends grâce à Dieu et je suis plus que satisfait. De « Ayibébo » mon premier album jusqu’à aujourd’hui, j’ai parcouru beaucoup de chemin et l’adition d’expériences que j’ai connues me permet aujourd’hui d’avoir le bon recul pour guider les plus jeunes. Cela me permet aussi d’avoir un vécu grâce auquel je me remets en question à chaque expérience. Et si longévité il y a, c’est peut-être une part du secret. Je suis quelqu’un qui ressemble un peu à un ordinateur. Je fais des mises à jour régulières et chaque fois qu’il y a une tendance qui surgit, je me demande pourquoi ça marche. Si ça marche, dans ce cas, il faut que j’écoute pour prendre un peu pour l’adapter à ce que je fais. Voilà donc pourquoi peut-être que je suis encore là autant d’années après. Je le conseille d’ailleurs à tout le monde parce plus on évolue en dormant sur ses lauriers, moins on progresse.

 

Dans l’un des titres de l’album « Illimitic » notamment « Edja », vous rendez hommage aux victimes de l’attentat de Grand-Bassam. Pour un hommage à des morts, on note cependant un titre très coloré avec des airs festifs. À quoi cela répond-il ?

(Rire) Je suis Akan et chez nous on célèbre les morts. Celui qui s’en va définitivement, il faut qu’on le fête parce que c’est la dernière fois qu’on le voit. Et ça, j’ai voulu le faire ressentir dans la chanson. Bassam a été frappée, on a vu de morts, c’était une atrocité et c’était la première fois que cela arrivait à la Côte d’Ivoire. Si on s’attriste là-dessus, on encourage la bêtise, on encourage le djihadisme. C’était ma façon à moi de dire que non seulement traditionnellement on fonctionne de cette façon-là mais au-delà de la tradition on peut vaincre le djihadisme, on peut vaincre la lâcheté. C’était ma contribution pour dire quelque part que la Côte d’Ivoire reste debout face à cette ânerie djihadiste.        

 

« Petit kakaba » est un autre titre de cet album sujet à polémiques. Pensez-vous vraiment qu’il était opportun pour vous de répondre à Debordo ?

Je suis très déçu par la question et je vais vous dire pourquoi. Quand ce jeune homme a demandé aux vieilles personnes de quitter, vous lui avez posé la question ? Vous lui avez demandé pourquoi ? Mais moi vous me posez la question. C'est-à-dire que vous encouragez la mauvaise éducation. Vous la presse, vous encouragez les enfants qui demandent aux vieilles personnes de quitter. Je vous ai dit tout à l'heure que ce que je fais, je le tiens d'un relais qu'on m’a passé . Ce sont des vieilles personnes qui m'ont dit tiens le relais parce que tu es venu vers nous, on va te transmettre notre connaissance,  prends cela et puis vas-y, c'est une bénédiction. Et quand on demande à une vieille personne de quitter, qui va te transmettre cette connaissance ? Vous croyez que ces jeunes-là ont des repères ? Vous croyez que ces jeunes-là ont une culture de la tradition ? Si vous leur demandez aujourd'hui de faire du Yatchana, est-ce qu'ils peuvent le faire ? Si vous leur demandez de faire de l'Aloukou, du Bôlo, du Débahou, de l'Abissa, de l'Abodan, je peux en citer on va dormir ici. Je connais tout cela parce qu'il y a des vieux que j'ai respecté qui m’ont transmis cela. Debordo est mon petit. Je l'aime beaucoup. J'ai déjà partagé des scènes, il a déjà fait beaucoup des premières parties à mes concerts. C'est mon devoir de le protéger et je le protège à ma façon. Ce que vous n'avez pas fait parce que vous n'avez rien dit. Moi, je lui ai dit mon petit on ne fait pas cela, c'est tout. Et il faut avoir le courage de le faire. Moi je l'ai fait. Il y a beaucoup de vieilles personnes qui ne l'ont pas fait. Vous pensez que ces gens-là ont raison de se taire ? La Côte d'Ivoire, vous voulez qu'elle évolue comment ? Il faut qu'on commence à éduquer nos plus petits. C'est eux qui vont faire la Côte d'Ivoire de demain. Et moi c'est ma petite contribution.

 

Et pourquoi ce titre « Bipoya » qui met à nue un pan de la vie de votre aîné et ami Victor Yapobi ?

Victor Yapobi est mon grand frère, il m'a vu grandir dans la musique. Il m'a vu grandir au quartier France-Amérique à Treichville. J'ai beaucoup de respect pour lui. Et en général quand un artiste chante le nom de quelqu'un, c'est pour l'immortaliser quelque soit son nom. On ne sera même plus là que cette chanson va continuer de circuler. J'immortalise quelqu'un quelque soit ce que je dis. Je souhaite qu'il retienne au moins cela. Mais, n'empêche que le thème que j'ai abordé est un thème qui m'a interpellé parce que ce buzz s’il laisse quelqu'un indifférent, franchement c'est qu'il y a problème. C’est la première fois depuis que je connais le concours Miss Côte d'Ivoire, depuis les années 85, que je vois un scandale de ce niveau. « Tu as abusé de moi ». Une femme dans la foule qui s'adresse au président du Comici avec toutes les caméras. Je dis waouh quel scandale ! Cela m'a inspiré et je me suis dit qu’il faut que j'écrive une chanson sur cette affaire. Et voilà cela a donné « Bipoya ». Je pense que c'est ma petite contribution pour la célébration des scandales dans notre pays.

 

Entre Meiway et Koffi Olomidé, il nous revient que vous entretenez une amitié de façade. Vous auriez même accusé votre ami Koffi Olomidé de vous plagier…

Koffi et moi sommes peut-être entre la Côte d'Ivoire et la RDC les meilleurs amis du monde. Je peux vous lire tous les messages que je reçois chaque jour sur Whatsapp. C'est pour vous dire que notre relation reste très fraternelle. Cependant, dans les relations entre artistes, il faut considérer le privé et le professionnel. Les clashs dans la presse, c'est souvent pour faire de la pub et beaucoup de vidéos. Mais derrière les caméras ils se retrouvent dans les bars à boire un verre ensemble. Attention, ne vous trompez pas. Pour revenir à votre question, retenez une chose : le « 13ème apôtre », le vrai, c'est moi. La première fois que j'ai sorti cette expression, c'était sur l'album Golgotha. C'était en 2004. L'album de Koffi « 13ème apôtre », c'était quand ? Vous ne l'avez même pas retenu. Je disais dans une chanson qui était l'introduction à « Kakamou prudencia… Abraham Golgotha le 13ème apôtre », depuis 2004 vous n'avez même pas entendu. Lui, il sort « 13ème apôtre » tout le monde croit que c'est lui le véritable auteur. Je n'ai même pas besoin d'ouvrir ma bouche. Normalement un journaliste devrait intercepter cela et dire que nous, on a entendu cela déjà avec Meiway, pourquoi vous êtes aujourd'hui le « 13ème apôtre » ? Et vous trouvez que moi j'en fais une polémique ? Donc pour moi, il n’y a pas de guerre, c'est légitime. « Selfie », j'ai pas mes documents avec moi mais j'ai encore le brouillon que j'étais en train d'écrire qui était. Comme on converse souvent et qu'on se dit des choses, je comprends qu'il y ait des choses qui m'échappent.

 

Meiway, (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Educarriere sur Facebook

Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Offres d'emploi du jour