ft-ad_1
Afrique/Monde

Burkina / A l'issue de la fouille : Ce qui a été trouvé dans la tombe de Thomas Sankara

post-img
Les tombes des victimes du putsch du 15 octobre 1987 au cimetière de Ouagadougou. Au premier plan, celle supposée de Thomas Sankara.

La tombe supposée contenir les restes du capitaine Thomas Sankara a été ouverte hier mardi 26 mai. Des ossements et des morceaux de tissus y ont été trouvés. Appartiennent-ils vraiment au leader de la révolution burkinabé ? Les enquêtes donneront bientôt la réponse.

Commencées la veille, les fouilles des sépultures censées renfermer les dépouilles de l'ex-chef de l’État burkinabé assassiné le 15 octobre 1987 avec 12 de ses proches, se sont poursuivies hier. Mais la journée de ce mardi était attendue avec beaucoup d'impatience et surtout de curiosité, aussi bien par la famille du défunt président que par ses nombreux sympathisants.

La raison est simple : beaucoup doutent encore de la présence réelle du corps de Thomas Sankara dans cette tombe, où il aurait été enterré. Dans les heures qui ont suivi le carnage du Conseil de l'Entente qui servait de siège de la présidence de la République à l'époque, Thomas Sankara et ses camarades ont été précipitamment ensevelis dans la nuit, au cimetière de Dagnoën à Ouagadougou, en l'absence de leurs proches. C'est cet enterrement en catimini qui fait persister depuis 28 ans, le doute, à la fois sur le lieu de l'inhumation et sur les sépultures supposées êtres les leurs.

En effet, les premières informations avaient laissé croire que l'ex-capitaine et ses compagnons d'infortune ont été ensevelis dans une fosse commune. C'est pour toutes ces raisons que l'exhumation de ce jour était particulièrement attendue. Le premier coup de pioche a été donné sur la dalle en béton qui recouvre la tombe, aux environs de 8h30. Etaient présents, les médecins légistes franç (...)

Lire la suite sur L'Inter


don État Thomas Sankara Ouagadougou information

Articles similaires