Côte d'Ivoire : attaque armée de la gendarmerie de Grabo dans le Sud-Ouest


(Photo d'archives)
  • Source: APA
  • Date: sam. 10 janv. 2015
  • Visites: 5291
  • Commentaires: 55

La gendarmerie de la sous-préfecture de Grabo dans le Sud-Ouest ivoirien a été attaquée, tôt samedi, par des individus non identifiés lourdement armés.

Selon un officier supérieur des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), joint au téléphone par APA, "des individus lourdement armés ont attaqué vers 3h00, heure locale et Gmt la gendarmerie de Grabo pour tenter de prendre des armes".

"Ces assaillants ont été repoussés par une contre-offensive de nos forces", a-t-il ajouté, sans préciser le bilan de cette attaque. L'Ouest ivoirien est l'objet d'attaques récurrentes depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011 qui a fait plus de 3000 morts. Les nouvelles autorités y ont installé un bataillon dénommé "Bataillon de sécurisation de l'Ouest (BSO)". 

Les dernières attaques dans la sous-préfecture de Grabo datent de mai 2014 avec un raid meurtrier mené dans le village frontalier de Fètai, par des hommes armés venus du Liberia voisin. Ces attaques avaient fait 13 morts dont trois chez les militaires stationnés dans cette région et dix au niveau de la population civile. En février 2014, Fètai avait déjà été la cible d'une attaque.

Quelque 220.000 Ivoiriens se sont enfuis au Liberia durant la guerre qui a suivi l'élection à la présidence d'Alassane Ouattara contestée par Laurent Gbagbo et environ 46.000, parmi lesquels des ex-miliciens pro-Gbagbo, y sont restés. 

Un rapport remis en avril 2014 par les experts du Comité des sanctions chargés de faire respecter l'embargo sur les armes en Côte d'Ivoire notait que, malgré une amélioration d'ensemble de la sécurité dans le pays, les combattants venus du Liberia restaient une menace.

MC/ls/APA




téléphone village Côte d'Ivoire don local Laurent Gbagbo Alassane Ouattara FRCI Grabo gendarmerie embargo Ivoirien crise postélectorale



Educarriere sur Facebook