Ahtletisme / Marie-Josée Ta Lou : Un peu un pincement au coeur


(Photo d'archives)
  • Source: sport-ivoire.ci
  • Date: vend. 13 nov. 2015
  • Visites: 2064
  • Commentaires: 2
Marie Josée Ta Lou athlète ivoirienne discipline 100M & 200M et aussi le relais 4X100M. l'étoile montante de l'athlétisme ivoirien s'ouvre au micro de Buzz de sport.

C'est quoi la motivation de Marie Josée?

J'aime la chose et quand je le fais, je le fais avec plaisir donc je fais toujours pour être la meilleure parmi tout le monde. Je ne me pose pas de question. Je dis bon j'y vais ça passe ou ça casse.

 

Les Jeux Africains, vous explosez au Congo, quel regard jetez vous sur cette compétition?

Quand je partais aux Jeux Africains mon Coach m'a dit : "ta saison elle est pratiquement terminée, tu pars là-bas pour t'amuser, tu sais ce que tu vaux, vas-y amuse toi et montre ce que tu vaux au public ". Donc depuis les séries jusqu'aux Demi-finales je ne pensais pas gagner je me faisais plaisir comme on le disait. J'étais relaxe bien relaxe comme on le dit. J'ai fait ce que je devais faire. Et quand j'ai vu que je pouvais gagner la médaille d'or et déjà faire mon personnal best, comme on le dit, je me suis donné à fond et quand la médaille est venue ça été une joie. Et en plus de ça j'ai fait la meilleure performance des Jeux Africains sur les 100M féminins, donc ça été une grande joie parce que c'est pas donné à tout le monde d'être connu comme ça. C'est-à-dire je laisse mon nom dans les archives, pas en tant que Championne du 100M, mais en tant que Recordman. Donc ça été une joie et on ne peut décrire la joie qu'on ressent quand on a ça.

 

Tes impressions sur l'athlétisme et les autres disciplines en Afrique

Moi je pense qu'en Afrique les gens ils privilégient plus le football aux autres sports, donc c'est ce qui fait. Dans les autres pays il n'y a pas ça comme on le dit. Dans les autres pays, les autres athlètes ils sont bien. Regardez, on est parti au Congo, les athlètes ils n'ont pas été médaillés mais ils ont été reçus, ils ont reçu des primes. Nous, on est revenu avec des médailles. Moi par exemple suis revenue avec deux médailles d'or et une médaille de bronze, mais aucune réception, rien. Aucune reconnaissance, pendant que les autres tel que le lanceur congolais qui a été reçu par son Président qui a été même décoré. Donc quand tu regardes ça et tu regardes ton pays tu te dis "la Côte d'Ivoire c'est quand même un grand pays" donc ça donne un petit pincement au cœur parce que tu te dis que tu ne reçois pas la valeur de tout ce que tu fais. Tu te tues, tu te dis que bon voilà tu ramènes ce que le pays veux parce que quand on est champion on ne parle pas de nous, on parle de notre pays, donc c'est un peu un pincement au cœur, c'est un peu une tristesse de voir que qu'on revient comme si de rien était. On a nos médailles certes mais il n'y a pas de récompense. Regardez j'ai été élue meilleure athlète africaine de l'année 2015 des JA, j'ai été à Washington pour aller recevoir un prix spécial. Vous comprenez j'ai quitté mon pays pour aller à Washington pour aller recevoir un prix spécial en tant que meilleure athlète Africaine sachant que même mon pays ne m'a rien donné. Et quand on voit ça on se dit c'est qu'il y a quelque chose qui cloche comme on le dit nul n'est prophète chez soi donc j'espère que l'Etat va faire en sorte de nous recevoir donc on attend de voir.

 

Marie Josée pense abandonner, l'athlétisme, avec tout ce qu'elle voit, et vit actuellement?

Comme on le dit quand tu aimes une chose tu le fais quand même je me suis a donné à ça parce que j'aimais. C'est-à-dire j'ai bravé mes parents qui ne voulait pas que je fasse du sport pour arriver là donc je ne vais pas laisser ça au stade où je suis arrivée pour dire bon ok j'abandonne. C'est parce que j'aime la chose, on le fait malgré tout avec nos propres moyens et voilà.

 

Le prochain grand défi de Marie Josée?

Là les championnats du monde sont déjà passés et il y a les Jeux Olympiques qui arrivent donc j'espère déjà faire la finale et aussi rapporter une médaille à mon pays, c'est un rêve en tout cas.




football athlétisme Marie Josée Ta Lou Côte d'Ivoire Afrique Congo



Educarriere sur Facebook