CPI / Procès Gbagbo : Quelque chose se prépare contre Sarkozy, Ouattara et Soro - Me Altit : « S'il y a procès, tous ceux qui ont un rôle dans la déstabilisation du pays vont s'expliquer » - « Nous disposons de dossiers extrêmement solides »


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: sam. 21 juin 2014
  • Visites: 5074
  • Commentaires: 6
Après la confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, le 12 juin dernier, Emmanuel Altit, son avocat principal, répond à certaines questions qui lui ont été posées via internet par le site www.regardssurgbagbo.net. Il note que les présidents Nicolas Sarkozy, Alassane Ouattara, et Guillaume Soro pourraient, en tant qu'acteurs dans la crise ivoirienne, être cités à comparaître en cas de procès contre son client Laurent Gbagbo.

Comment Laurent Gbagbo a-t-il réagi face à la confirmation des charges pesant contre lui, et donc à la tenue d'un procès ?

Il considère que c'est une étape sur le chemin menant à la vérité. Un procès sera l'occasion de faire émerger la vérité. La vérité, c'est ce que veut le président Gbagbo, pour l'Histoire et pour la Côte d'Ivoire. Car pouvoir regarder la vérité en face est la première condition de la réconciliation nationale. Un procès sera l'occasion d'un débat sur les vraies raisons de la crise que connaît la Côte d'Ivoire depuis le 19 septembre 2002 et sur les vrais responsables, ceux qui sont à l'origine de la destruction du pays.

 

Est-ce qu'il regrette de s'être accroché au pouvoir ?

Laurent Gbagbo a joué le jeu démocratique. Il a respecté la constitution, il a eu le comportement d'un chef d'État responsable. Il est un homme de paix. Tout au long de ces années, il n'a cessé de prôner la recherche d"un règlement pacifique.

 

Une des juges de la CPI, Chris van den Wyngaert, a estimé que les charges n'auraient pas dû être confirmées contre Gbagbo. Pourquoi ?

En effet, les juges étaient partagés, l'un des trois juges considérant que les éléments présentés par le procureur ne justifiaient pas la tenue d'un procès. Cette décision est intéressante en ce qu'elle révèle que, pour nombre de juristes, le procureur ne peut gagner un procès à partir du dossier tel qu'il existe. Les éléments qu'il a présentés pour obtenir la tenue d'un procès seront très probablement insuffisants pour permettre de gagner.

 

Pourquoi pas d'appel ? Laurent Gbagbo est d'accord ?

Nous aurons cinq jours à partir de la notification de la version française de la décision des juges et de l'opinion dissidente pour déposer une demande d'autorisation de faire appel. Il est probable que nous déposions une demande d'autorisation de faire appel. Il appartiendra alors aux juges qui auront rendu la décision de nous autoriser à faire appel.

 

Quels dossiers préparez-vous ?

Nous enquêtons sur les vrais responsables de la crise en Côte d'Ivoire et nous disposons, d'ores et déjà, de dossiers extrêmement solides.

 

Les acteurs de la crise viendront-ils tous à la barre, comme Alassane Ouattara, Nicolas Sarkozy et Guillaume Soro ?

S'il y a procès, nous ferons venir tous ceux qui ont eu un rôle dans la déstabilisation du pays et nous leur demanderons de s'expliquer.

 

Laurent Gbagbo a-t-il fait massacrer les femmes d'Abobo ?

Concernant les accusations du procureur, notamment à propos des quatre incidents principaux, dont la prétendue répression d' (...)

Lire la suite sur L'Inter


Côte d'Ivoire client Laurent Gbagbo Alassane Ouattara Guillaume Soro Nicolas Sarkozy Emmanuel Altit Abobo internet CPI réconciliation constitution procès ivoirien




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour