ft-ad_1
Politique

Côte d'Ivoire : réaction du PDCI sur le débat de la « suppression » de la cité du Plateau

post-img

Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, opposition), dénonce la réflexion du libre penseur Dobley Jean Cyriac, visant à rattacher la commune du Plateau au District d'Abidjan.

Dobley Jean Cyriac propose la « suppression de la commune du Plateau et son rattachement au District d’Abidjan ». Le Plateau, le centre des affaires d’Abidjan, est sous la gestion du PDCI qui a remporté les dernières élections municipales.

Il évoque dans son argumentaire, relayé par la presse locale dont le journal pro-gouvernemental, le fait que la commune du Plateau soit habitée par 7.000 personnes avec un budget de 14 milliards de Fcfa, ce qui est une « prime à la corruption ».

Le porte-parole du PDCI, Bredoumy Soumaila, a fait observer que la commune du Plateau comporte pourtant 82.000 inscrits sur la liste électorale, tout en rappelant que les conditions d’inscription sur les listes électorales sont régies par les textes réglementaires et non édictées par le maire du Plateau.

« Le maire de la commune n’est nullement responsable de présence sur la liste électorale de 82.000 inscrits et il faut noter qu’aux dernières élections de novembre 2023, le Plateau a enregistré un taux de participation de 38% contre 17% à Yopougon », commune dans l’Ouest d’Abidjan de plus de 1,7 million d’habitants, a-t-il relevé.

Pour lui, ce taux de 38% indique clairement que c’est plus de 7.000 personnes qui ont pris part au scrutin. Il soulignera que le libre penseur se réfère à la loi 2012-1128 du 13 décembre 2012, qui stipule en son article 4 que la suppression ou toute modification du ressort territorial se fait par décret pris en Conseil des ministres.

Bredoumy Soumaila soulignera que c’est sur un rapport motivé du ministre en charge des collectivités territoriales que la modification peut être opérée, notant que ce même article indique qu’en cas de suppression d’une collectivité, son ressort territorial est rattaché à une ou plusieurs entités décentralisées.

Cependant, « le District d’Abidjan n’étant pas une entité décentralisée, aucune commune ne peut lui être dévolue, conformément à la loi. En outre, le nombre d’habitants dans la commune du Plateau n’est pas en la matière la plus petite commune, sauf qu’elle dispose des ressources pour assurer sa viabilité », a-t-il déclaré.

En outre, le budget est l’aboutissement d’un processus par lequel les prévisions de recettes et de dépenses sont identifiées dans un programme triennal, puis annuel. Le programme triennal et le budget annuel passent par une adoption par le Conseil municipal et validé par la tutelle, avec la participation de tous les ministères techniques, a-t-il fait remarquer.

« Je rappelle que le programme triennal et tous les budgets annuels ont été adoptés à l’unanimité des conseillers. Le Conseil municipal du Plateau comprend 22 conseillers PDCI (opposition), 5 conseillers RHDP (pouvoir) et 1 conseiller PPA-CI (opposition) », a-t-il poursuivi.

« Notre libre penseur et les journaux qui ont publié une telle déclaration ne savent-ils pas qu’ils portent ainsi atteinte à l’honorabilité de nos autorités ? », s’est-il interrogé, avant d’ajouter que « pour le PDCI, il faut dans tous les cas trouver d’autres raisons que la taille, le nombre d’inscrits et la population ».

« Le PDCI s’exclut de l’idée de corruption et condamne une telle déclaration. La volonté en filigrane de la suppression de la commune du Plateau est un recul démocratique. Pire, il résulte d’une manigance politique plus large contre les maires (...)

Lire la suite sur APA


Yopougon Côte d'Ivoire don Abidjan local 2023 HD+ PDCI RHDP PPA-CI Plateau gouvernement Conseil des ministres budget élections corruption opposition

Articles similaires