Moussa Dosso au Rendez-vous du gouvernement : 1.777.000 emplois seront créés d'ici 2015

  • Source: Fratmat.info
  • Date: sam. 21 déc. 2013
  • Visites: 2580
  • Commentaires: 0
Invité aux rendez-vous du gouvernement, au 20 e étage de l'immeuble Sciam, le ministre d'État, ministre de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Formation professionnelle, a redonné, hier, de l'espoir aux jeunes.

Le thème qu'il a abordé était : « Emploi des jeunes : stratégie de relance ». Une occasion pour lui de présenter à la presse toutes les structures qui ont en charge la question de l'emploi, les programmes et les financements pour permettre aux jeunes de s'insérer dans le tissu social. Déjà, 1 043 000 emplois ont été créés et d'ici 2015, 1 777 000 emplois seront créés.

Reçu à cette table par le ministre Bruno Koné, il a affirmé que le Président de la République, Alassane Ouattara, a souhaité que la question de l'emploi soit abordée parce qu'elle est importante. Mais aussi parce que, pour 2014 et 2015, il faut montrer à l'ensemble des associations de jeunesse et surtout aux Ivoiriens ce que le gouvernement a commencé à faire et ce qu'il entend faire pour les deux années à venir, avant la fin de son mandat. Il a aussi affirmé que la stratégie du Chef de l'Etat pour vaincre le chômage repose sur la promotion de la croissance économique et le développement du secteur privé.

Environ 20% des chômeurs à Abidjan

Cette politique a pour objectif de diminuer le nombre de chômeurs accumulés du fait de la crise en Côte d'Ivoire.Mais aussi de relever l'important défi de créer des emplois pour les nouveaux demandeurs. Pour ce faire l'opérationnalisation de l'ensemble des initiatives, du gouvernement et celle des partenaires techniques, pour tenter de faire, chuter le taux de chômage des jeunes est aujourd'hui, la préoccupation de ces derniers, ainsi que celles de la jeunesse toute entière.

Le ministre a également fait l'état des lieux de la situation de l'emploi en Côte d'Ivoire en se basant sur l'enquête de 2012. Qui met en exergue la forte proportion de l'informel et du sous-emploi dans l'économie ivoirienne. Notamment avec des diplômés gérants de cabine, ou à des postes ne correspondant pas à leurs diplômes. Pour une population active estimée à 10 478 370 personnes, 9 492 150 personnes sont en activité. Avec 8661 456 individus, soit 91%, dans le secteur informel, et 830 694 (9%) dans le secteur moderne. Le taux de chômage est estimé à 9,4%. Le plus gros lot des chômeurs, 19,50%, est localisé à Abidjan et le plus faible taux dans le milieu rural (3,8%). Moussa Dosso a relevé que le chômage est un phénomène urbain, qui touche une grande majorité des jeunes environ 12,20% de ceux qui sont âgés de 14 à 35 ans. « Nous nous retrouvons avec des gens qui ont fait sept à huit ans d'études après le Bac et qui se retrouvent gérants de cabine. Ce sont à peu près 6.725838 personnes qui constituent la cible de l'action du gouvernement en faveur de l'emploi et des partenaires techniques », a-t-il souligné.

L'agriculture pour créer des emplois

Pour résorber le chômage, l'accent sera mis sur l'agriculture. Afin de résoudre le problème de la consommation en riz. A ce propos, la stratégie nationale du développement de la riziculture en cours depuis 2012, pour une durée de 4 ans, devrait pouvoir créer 600.000 emplois. Le financement du projet est estimé 1 875 milliards de Fcfa. Ce programme a déjà été lancé à Odienné, Minignan, Koro, Touba, Séguéla et Mankono. Il est également initié un Programme d'appui au développement de l'élevage en Côte d'Ivoire (Padeci) qui durera jusqu'en 2015 sur toute l'étendue du territoire. Le projet est financé à hauteur de 24 milliards de Fcfa. Il est mené par le ministère des Ressources animales et halieutiques. Le ministre d'Etat a aussi indiqué que dans la politique du gouvernement, la création d'emploi repose aussi sur le secteur privé. C'est pour cela qu'il a aussi annoncé des mesures pour améliorer l'environnement des affaires, au nombre desquelles, la réinsertion des ex-combattants.

Des programmes ciblés depuis 2011

Moussa Dosso a, par ailleurs, présenté les structures de mise en œuvre des différents programmes ciblés menés depuis 2011 et qui visent les jeunes, quel que soit leur niveau d'instruction. Notamment le Projet emploi jeune et développement de compétences (Pejedec) qui a pour mission d'améliorer l'accès des jeunes à l'emploi en leur offrant des opportunités d'une première expérience professionnelle ou de développement de compétences. 27000 jeunes de 18 à 27 ans, sont concernés. Avec un fonds de 25 milliards de Fcfa mis à disposition par laBanque mondialpour l'apprentissage d'un métier, la formation professionnelle qualifiante etc. Plus de 3 milliards ont été décaissés pour 11 480 bénéficiaires insérés depuis avril 2012. Il a aussi été question de l'Agence d'études et de promotion de l'emploi (Agepe) ; de la Plate-forme de services qui a inséré plus de 4000 jeunes ; de l'Agence de formation et de développement professionnel (Agefop) qui a permis à 3654 jeunes de bénéficier de programmes de formation et d'insertion.

Pour le ministre d'Etat, l'Afrique a un secteur informel très important. La volonté du gouvernement n'est pas de passer tout de suite de l'informel au formel. Mais de faire en sorte que ceux qui y sont soient formés. “Quand quelqu'un est formé, il appréhende mieux les problème, et voit tout de suite l'importance d'être dans le secteur formel, où il pourra disposer de mesures fiscales pour accompagner son business ”, a-t-il souligné. Il a aussi été question du système licence master institué à l'université pour répondre aux attentes du secteur privé, en adaptant la formation à l'emploi.

Marie-Adèle Djidjé


Banque professionnelle Côte d'Ivoire environnement sociale service consommation secteur économique don Abidjan Afrique projet riz local agriculture État Program jeunes fonds Alassane Ouattara Bruno Koné Koro gouvernement chômage emplois développement Formation Ivoirien permis



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour