Affaire ''un sous-préfet fait battre son cuisinier'' : Les travailleurs domestiques crachent leur colère


Mme Adopo Marcelline épse Douai (au centre) appelle à ratifier à des conventions (Ph Dr)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: vend. 24 janv. 2020
  • Visites: 1845
  • Commentaires: 0
Le Syndicat des travailleurs domestiques et des travailleurs de l'économie informelle de Côte d'Ivoire (Sytedtei-ci), affilié à la Centrale syndicale Dignité, à travers son Secrétaire général, Mme Adopo Marcelline Epse Douai, a fait une déclaration , relativement à l'affaire ''un sous-préfet fait battre son cuisinier''. C'était le mercredi 22 janvier 2020, à ladite Centrale, à Adjamé. Celle-ci a exigé des enquêtes et des résultats.

''Le Syndicat condamne avec la plus grande énergie, les actes de violence perpétrés sur un travailleur domestique à Yocoboué, dans le département de Guitry, à la résidence du sous-préfet de la localité. Nous apportons notre compassion au travailleur. Nous demandons que justice soit faite, exigeons des enquêtes et résultats, le plus tôt possible. Nous interpellons les autorités administratives et judiciaires. Que les responsabilités soient situées sur ce qui s'est passé.

C'est inadmissible et inhumain. Nous interpellons l'opinion nationale et internationale sur ces faits graves de violation des droits des travailleurs domestiques sur leur lieu de travail'', a-t-elle lu. Par la suite, Mme Adopo Marcelline Epse Douai a appelé les autorités à ratifier la convention 189, adoptée par l'Organisation internationale du travail (Oit) en 2011 à Genève, qui est un instrument de protection pour les travailleurs domestiques.

Elle a également demandé que (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Côte d'Ivoire Adjamé Guitry Genève Organisation internationale du travail Oit




Educarriere sur Facebook