Présentation des vœux à Ouattara : Révélations sur l'absence du cardinal Kutwa


L’absence du cardinal Jean-Pierre Kutwa à la cérémonie de présentation des vœux à Ouattara est diversement interprétée.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 09 janv. 2020
  • Visites: 2903
  • Commentaires: 0
La traditionnelle cérémonie de présentation des vœux au chef de l'État, Alassane Ouattara, qui a eu lieu, le lundi 6 janvier 2020, à la salle des pas perdus de la présidence de la République, au Plateau a enregistré une absence de taille. Celle de Jean-Pierre Kutwa, archevêque métropolitain d'Abidjan, chef de l'église catholique de Côte d'Ivoire. Ce fut l'occasion pour le n° 1 ivoirien de faire le bilan de l'année 2019 et de présenter les perspectives pour 2020, annonçant une révision de la Constitution.

Alors que les dignitaires religieux du pays, dont Boikary Fofana, président du Conseil supérieur des Imams, des mosquées et des affaires islamiques (Cosim), ont honoré de leur présence ce grand rendez-vous, Monseigneur Jean-Pierre Kutwa, lui, n'a pas bougé de chez lui …

Au nom de l'église catholique, c'est Monseigneur Jean-Salomon Lezoutié qui a présenté les vœux des chrétiens de Côte d'Ivoire au chef de l'Etat. Une absence diversement interprétée, qui intervient dans un contexte socio-politique tendu, marqué par une mésintelligence voire une fâcherie entre le chef de l'église catholique de Côte d'Ivoire et certains proches du président de la République. En cause, une requête aux allures de griefs faite frontalement au chef de l'État, réclamant la libération des partisans de Guillaume Soro, arrêtés et emprisonnés à la suite d'une affaire de « tentative d'atteinte à l'autorité de l'État ». Dans une homélie jugée « irrévérencieuse », par des proches de M. Ouattara issus des « chrétiens républicains », prononcée le 30 décembre 2019, à la Cathédrale Saint-Paul d'Abidjan, Monseigneur Jean-Pierre Kutwa, alors qu'une information judiciaire est ouverte et que les présumés mis en cause attendent de passer en jugement, a réclamé, au président de la République, leur mise en liberté, comme si au niveau de l'église, on accorde peu de crédit à ces accusations. « La paix que nous recherchons est également chemin de réconciliation dans la communion fraternelle. Au nom donc de cette réconciliation, je demande humblement, à vous, Monsieur le président de la République, vous qui détenez le pouvoir de la grâce présidentielle, de bien vouloir accepter de faire sortir du cachot, tous ceux qui ont été arrêtés, suite aux derniers évènements, que connaît notre pays. Comme dit le Pape, l'on obtient autant qu'on espère. Je prie Dieu, qu'ensemble, nous aspirions de toutes nos forces à la paix et que Dieu nous l'accorde », avait déclaré le cardinal Jean-Pierre Kutwa, à la Cathédrale Saint-Paul d'Abidjan, lundi 30 décembre 2019. Tollé dans le camp du parti au pouvoir. Boule puante contre Alassane Ouattara, estiment certains ; cri d'alarme adroit pour prévenir une crise sous-jacente, selon d'autres, cette sortie intervient dans un contexte de crise politico-militaire.

La doléance du prélat a été interprétée comme une prise de position épidermique et maladroite, qui n'a pas manqué de soulever le courroux de certains cadres et militants du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). Est-ce pour autant que le cardinal a boycotté la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an au (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Alassane Ouattara Guillaume Soro Rhdp Rassemblement Côte d'Ivoire Abidjan Plateau grâce présidentielle réconciliation Constitution




Educarriere sur Facebook