Situation politique : Ce que Bédié a toujours caché aux Ivoiriens, des révélations à couper le souffle


C’est un Bédié à cœur ouvert, qui s’est exprimé sur sa vie, celle de la Côte d’Ivoire et du Pdci-Rda.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 09 nov. 2019
  • Visites: 4285
  • Commentaires: 0
Interview-récit en relation avec des faits d'hier et d'aujourd'hui, que celle donnée par Henri Konan Bédié (HKB), président adulé et vénéré du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci-Rda), à « Jeune-Afrique Économie » N° 411 d'octobre 2019, lors de son séjour en France.

En même temps que le « Sphinx de Daoukro » descend dans les abîmes de son cœur lorsqu'il évoque le premier coup d'État de l'histoire de la Côte d'Ivoire, en décembre 1999, dont il a été la cible, l'ancien chef de l'État revisite les jours glorieux de sa vie, du collège en passant par sa première rencontre amoureuse  avec celle qui sera son épouse, Henriette Bomo Bédié. HKB parle également d'une autre rencontre, celle avec Félix Houphouët-Boigny, député, en 1949, à Dimbokro, alors qu'il était jeune collégien. Cette rencontre scellera, à jamais, son destin politique et celui d'homme d'État. À la lecture de cette interview, on découvre l'homme, on feuillette avec lui, sa vie et l'on appréhende, dans toute sa dimension, surtout sa passion pour la Côte d'Ivoire, qu'il a commencé à servir à l'âge de 27 ans. L'effet moral de cette grande rencontre a été positive sur la vie politique et sociale de Henri Konan Bédié.

Une autre rencontre avec le président Houphouët sera un moment capital, voire décisif pour le jeune étudiant qui venait de finir ses études de droit à Poitiers. « Ma première rencontre avec Houphouët-Boigny date de 1949. Elle a eu lieu à Dimbokro, ma région natale. J'étais un simple collégien. Houphouët était alors député du département de la Côte d'Ivoire. Il avait pris le train de Ouagadougou pour Abidjan, et il s'était arrêté pour donner une tirade sur la place publique et exhorter les militants à la lutte pour l'émancipation de l'Homme noir. Ma deuxième rencontre date de 1958, dix ans plus tard ou presque. Je venais de finir mes études de droit et d'économie à l'université de Poitiers. J'étais major de ma promotion à l'Ena (École nationale d'administration), sise à Paris. Il m'a reçu pour m'informer d'aller à ce stage à Paris. C'était un moment où le Général De Gaule et les chefs d'État africains francophones préparaient l'indépendance de ces colonies et avaient pensé à former des cadres pour animer la vie politique de ces pays », se souvient HKB. Puis, il y a eu cette autre rencontre, la dernière entre les deux hommes, au moment où Houphouët-Boigny, dont la santé déclinait, s'apprêtait à aller « pour l'opération nécessitée par sa maladie qui le rongeait ». C'était à l'hôtel de Masseran, la résidence d'Houphouët-Boigny à Paris. « Il m'a reçu et m'avait donné des conseils sur la conduite à tenir en son absence au pays ». « Ni lui ni moi ne savions que ce serait la dernière rencontre », fait observer le président du Pdci. C'est à ce niveau que Bédié fait preuve de grande honnêteté morale vis-à-vis de la mémoire d'Houphouët, qu'il n'a pas voulu attenter avec des contre-vérités sur la succession.  

Premier couac politique avec Ouattara

« Mais, il ne m'avait jamais parlé directement de sa succession. Il s'en était ouvert à certains de ses conseillers, avec ordre, évidemment, de ne rien me dire… Mais, déjà, à cette époque, il y avait des fuites et je connaissais ses sentiments à mon égard ».

Président de l'Assemblée nationale au moment de la disparition d'Houphouët, c'est par le canal des proches d'Houphouët-Boigny et non par les autorités publiques d'alors, incarnées par le chef du gouvernement, le Premier ministre, Alassane Ouattara, qu'il apprend la douloureuse nouvelle de la mort d'Houphouët-Boigny. « J'étais à Abidjan et j'ai appris la nouvelle par son entourage et sa famille », révèle l'ancien chef de l'État. Ce tournant de l'interview réveille en Bédié un souvenir peu agréable, lié au passage « forcé » de témoin entre lui et Alassane Ouattara, qui ouvre entre les deux hommes, des démêlés, mineurs au départ, mais qui vont finir par se transformer en conflit politique sans merci. Et Bédié d'évoquer, pour la  première fois, depuis 26 ans, les circonstances exactes du premier couac, voire du premier bras de fer entre lui et l'actuel chef de l'État, Alassane Ouattara. « À la mort du président Houphouët-Boigny, j'avais proposé à Alassane Ouattara de continuer comme Premier ministre. En ma qualité de président de l'Assemblée nationale, j'étais le successeur désigné par la Constitution. Mais, Ouattara a refusé. Il m'a dit qu'il avait une invitation du Fonds monétaire international (Fmi) pour travailler auprès de cette institution. Il est donc parti à Washington, immédiatement », indique-t-il.

Mais, bien plus, Bédié juge offensant et outrageant à la mémoire d'Houphouët-Boigny, l'absence de son seul Premier ministre de l'histoire, Alassane Ouattara.  C'est ici que le président du Pdci émet de sérieuses réserves, quant à la fidélité  d'Alassane Ouattara à Houphouët-Boigny ; lui n'a pas fait honorer sa mémoire. « D'ailleurs, il y a une chose que beaucoup de gens ne savent pas : il (Alassane Ouattara) n'a même pas assisté aux funérailles du président Félix Houphouët-Boigny. Il est donc surprenant de le voir aujourd'hui se dire « Houphouétiste » et de vouloir fonder un mouvement de rassemblement des Houphouetistes, alors même qu'il a fondé un parti à lu (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Félix Houphouët-Boigny Henri Konan Bédié Alassane Ouattara HKB Pdci Houphouétiste Côte d'Ivoire Abidjan Dimbokro France Paris Afrique Ouagadougou Fonds monétaire international Fmi gouvernement stage Assemblée nationale Constitution indépendance




Educarriere sur Facebook