CPI : passe d'armes entre les avocats de Laurent Gbagbo et ceux de la Côte d'Ivoire

  • Source: jeuneafrique.com
  • Date: mar. 29 oct. 2019
  • Visites: 2242
  • Commentaires: 0
Les avocats de l'État ivoirien ont déposé une requête devant la CPI pour s'opposer à la levée des conditions imposées à Laurent Gbagbo depuis sa remise en liberté surveillée, le 1er février dernier.

Acquitté le 15 janvier, Laurent Gbagbo doit-il bénéficier d'une remise en liberté sans condition en attendant que la procédure devant la CPI se termine ? Cette question, à laquelle la chambre d'appel avait répondu une première fois par la négative, est au cœur d'une passe d'armes entre les avocats de l'ancien président et ceux de l'État ivoirien.

Le 8 octobre, Me Emmanuel Altit, l'avocat principal de Laurent Gbagbo, a d'abord demandé à la chambre d'appel d'« ordonner sa remise en liberté immédiate et sans condition » afin de permettre à l'ancien président « d'aller où il le souhaite, par exemple dans son propre pays, ou dans un État qui ne poserait aucune condition à son séjour ». Selon lui, le régime de semi-liberté imposé à Laurent Gbagbo, acquitté le 15 janvier des charges de crimes contre l'humanité, n'est « fondé ni juridiquement ni factuellement » et a « pour conséquence d'interdire à Laurent Gbagbo de jouer un rôle dans la vie publique et dans la réconciliation de son pays », l'empêchant « de jouir de ses droits civiques et politiques ».

Opposition des avocats de l'État ivoirien

Les conseils de l'État ivoirien, Me Jean-Paul Benoît et Me Jean-Pierre Mignard se sont opposés à cette demande. Dans un document déposé le 25 octobre, ils ont sollicité « l'autorisation de la chambre d'appel de pouvoir présenter des observations écrites sur la requête déposée par la défense de Laurent Gbagbo visant à la remise en liberté sans condition de celui-ci ».

Selon eux, la décision prise par la chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) d'imposer des conditions à la remise en liberté de l'ancien président ivoirien – notamment l'obligation de résider dans un État membre de la CPI – est « en l'état de la procédure, sage et équilibrée ».

« Nous avons (...)

Lire la suite sur jeuneafrique.com


Laurent Gbagbo Emmanuel Altit Cour pénale internationale CPI réconciliation




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour