Municipales partielles à Grand-Bassam : Les garagistes ne veulent pas « d'une troisième mi-temps » et accusent Guikahué


Les conférenciers ont dit avoir confiance à la Chambre administrative de la Cour suprême pour mettre fin à la crise post-electorale dans leur ville
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 31 déc. 2018
  • Visites: 1714
  • Commentaires: 0
Assurément, différentes couches de la population bassamoise ne sont sont plus chaudes pour un troisième volet des votes en ce qui concerne les élections municipales dans leur cité. Le vendredi 28 décembre 2018, ils ont saisi l'occasion d'une conférence de presse pour se prononcer sur la crise post-electorale qui secoue la ville balnéaire.

La sortie de Koné Siaka, président des garagistes de la ville classée patrimoine mondiale de l'Unesco et des camarades est consécutive aux rumeurs faisant état de la probable reprise du scrutin partiel du dimanche 16 décembre dernier, par la Chambre administrative de la Cour suprême. « Nous entendons beaucoup de bruits. Pour notre part, nous disons non à une troisième reprise », a déclaré d'emblée M. Atsin Sébastien , secrétaire général du collectif qui revendique 52 garages.

Siaka Koné martèle sans chausser de gang qu'ils ne veulent pas <>. <candidat est battu. On reprend, il est encore battu. Il veut quoi ? Qu'on reprenne jusqu'à ce qu'il gagne ? Nous disons non ! », a-t-il soutenu en présence des membres de son bureau sur les lieux de son travail à la grande gare de Bassam. Prenant à témoin le président de la République, Alassane Ouattara, sur cette situation qui risque de voir Bassam sombrer dans la violence. « Les tensions sont perceptibles. Nos amis cons (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Alassane Ouattara Bassam candidat élections




Educarriere sur Facebook