Crise post-électorale : De graves révélations du rapport de la CDVR
Des extraits jamais publiés


Koné Katinan Justin n'a pas fait de cadeau à la Cpi. (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: lun. 21 mars 2016
  • Visites: 5273
  • Commentaires: 0
Le porte-parole de Laurent Gbagbo, Koné Katinan Justin, a participé, les jeudi 17 et vendredi 18 mars 2016, à l'Université de Gimpa à Accra au Ghana, à une conférence internationale sur la Cour pénale internationale (Cpi).

Cette rencontre a enregistré la participation de plusieurs personnalités de la justice internationale, dont la Procureure de la Cpi, Fatou Bensouda. Des Ivoiriens en exil comme Pr Félix Tahoh, ancien membre du Conseil constitutionnel, Dr Gnaka Lagoké, venu spécialement des Usa, Ayémou Jean-Blaise, membre du Front populaire ivoirien (Fpi) ont participé à ce raout. En plus d'avoir pris la parole à cette occasion, Koné Katinan a écrit un document explosif (en français et anglais) qu'il a distribué aux partisans à la réunion. Il est intitulé « L'Afrique ne peut s'accommoder de la Cpi ». Il est notamment fait état de certains passages du rapport élaboré par la Commission vérité et réconciliation( Cdvr), dirigée alors par Charles Konan Banny. Nous vous proposons des extraits.

 

(…)

A/ Les expériences passées

(…)

 

Tableau des homicides perpétrés dans le grand ouest présenté comme favorable au président Laurent Gbagbo

(…)

Par ailleurs, le tableau ci-dessus donne une importante somme de renseignements sur les auteurs des crimes commis en Côte d'Ivoire de 2000 à 2011.  Relisons le tableau en nous attardant sur la partie septentrionale du pays.

Régions                                  Tués (massacre compris)                                    disparus

Bafing                                                 41                                                             13

Bagoué                                               30                                                             06

Béré                                                   42                                                             03

Bounkani                                            46                                                             19

Folon                                                  19                                                             01

Hambol                                               60                                                             19

Kabadougou                                        30                                                             05

Poro                                                   49                                                             25

Tchologo                                             52                                                             19

Worodougou                                        19                                                             07

Gbêkê (Bouaké)                               466                                                            23                                                                                                    

Total                                                854                                                          140

 

Les régions ci-dessus citées sont restées sous le contrôle exclusif de la rébellion qui a porté au pouvoir le régime actuel. Ni l'armée, ni la police, ni la gendarmerie n'étaient présentes sur cette partie du territoire. L'on ne peut aucunement imputer ces tueries au président Laurent Gbagbo (…) C'est pourquoi, Bensouda, qui est en mission commandée, peine à construire un argumentaire sérieux et solide pour étayer les charges qu'elle allègue contre le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé. Elle sait pertinemment qu'il y a eu  une guerre en Côte d'Ivoire, mais elle feint de l'ignorer  parce que, admettre cette réalité fait tomber toute sa stratégie d'accusation. En effet, en arguant de ce que le président Laurent Gbagbo avait concocté un plan avec ses proches pour se maintenir au pouvoir et que ce plan consistait à tuer les populations musulmanes du nord de la Côte d'Ivoire et les ressortissants de la Cedeao, le procureur le poursuit pour génocide ; les faits ainsi présentés étant incontestablement constitutifs de crime de génocide. Le crime de génocide suppose qu'un groupe de personnes (les génocidaires) aient décidé d'exterminer un groupe de personnes ciblées essentiellement, soit pour leur appartenance à une ethnie, une race, soit pour leur appartenance à une religion etc. La réaction normale des personnes visées par un génocide est de s'organiser pour se défendre contre leurs agresseurs génocidaires qui ne peuvent être que d'un autre groupe social différent du leur. Dans ces conditions, les tueries commises par les personnes visées par un génocide pour se défendre contre leurs agresseurs constituent-elles un autre génocide ? Apparemment non, puisque ces populations, bien que tuant elles aussi des populations d'un autre groupe ciblé, auraient agi, néanmoins, en situation de légitime défense. C' (...)



Lire la suite sur Soir Info


Laurent Gbagbo Charles Blé Goudé Koné Katinan Banny Fatou Bensouda Front populaire ivoirien Fpi Côte d'Ivoire Bafing Bouaké Afrique Ghana Cour pénale internationale Cpi réconciliation gendarmerie police constitution



Educarriere sur Facebook