Mandat contre Blaise Compaoré / Luc Marius Ibriga (Juriste burkinabé) : « Ce que la Côte d'Ivoire va faire »


Luc Marius Ibriga pense que l'enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara ira à son terme. (Photo DR)
  • Source: Soir Info
  • Date: mer. 30 déc. 2015
  • Visites: 2405
  • Commentaires: 0
Juriste burkinabé, Luc Marius Ibriga s'est prononcé, mardi 29 décembre 2015, sur l'actualité dans son pays sur Radio France internationale (Rfi). Également enseignant de droit à l'Université Ouaga 2 et président du Forum des citoyens et citoyennes de l'alternance (Focal), il a évoqué notamment la demande d'extradition de Blaise Compaoré formulée par le Burkina Faso à la Côte d'Ivoire.

Est-ce que le Burkina Faso est mieux gouverné depuis 14 mois ou pas?

Fondamentalement oui. La gouvernance a totalement changé. Cela d'autant plus que la charte avait, dès le départ, posé le principe que ceux qui gouvernent ne puissent pas prendre part aux élections.

 

Le Conseil national de Transition a voté une grande loi anti-corruption, mais dans les faits?

Disons qu'il y a un certain nombre de décrets d'application qui doivent être votés. Notamment, le décret qui fixe l'application du délit d'apparence. Et aussi, la valeur des cadeaux qui, s'ils sont reçus et non déclarés, constituent des faits de corruption

 

Qu'est-ce que le délit d'apparence?

Le délit d'apparence, c'est la situation dans laquelle un individu a un train de vie qu'il ne peut pas justifier par rapport aux ressources qu'il a. Dans ce cas, il  y a une inversion de la charge de la preuve. Là, c'est à lui de démontrer que son train de vie, il l'a de façon normale. Et, ce n'est pas à celui qui accuse d'apporter la preuve.

 

Donc, désormais, si vous avez une villa de 4 étages et plusieurs 4X4 climatisés…

Oui, si vous avez des 4X4 et des bâtiments à étage alors que vous êtes agent dans un service en catégorie B, il est possible qu'on vous demande de justifier. Et, si vous n'arrivez pas à justifier, les biens sont confisqués au profit de l'Etat.

 

Dans son effort de transparence, le gouvernement a laissé s'ouvrir une enquête sur l'assassinat du capitaine Sankara. Est-ce que vous faites confiance au nouveau président Rock Marc Kaboré pour laisser la justice burkinabé aller au bout de cette enquête?

Je pense que l'enquête ira au bout. Parce qu'il y a déjà dès le départ, une appréhension des uns et des autres à considérer que ces personnes qui ont gouverné avec Blaise Compaoré sont de près ou de loin mêlées à ces affaires. Donc, c'est une façon pour ce gouvernement de se dédouaner en faisant en sorte que la Justice aille jusqu'au bout. Sinon, je pense que ce sera une raison pour des mouvements sociaux au Burkina Faso.

 

Vous voulez dire que si le nouveau président ne laisse pas la Justice aller au bout, il pourrait avoir des manifestations à Ouaga ?

Je pense que oui parce que les gens attendent beaucoup du dossier Sankara et du dossier Norbert Zongo. Donc, le président Rock Marc Kaboré a intérêt à ce que ce dossier avance pour pouvoir avoir une gouvernance apaisée.

 

Dans les jours qui viennent, une demande d'extradition de Blaise Compaoré doit être transmise à Abidjan. Mais, est-ce que vous pensez que les autorités ivoiriennes vont accepter de livrer votre ancien président?

Je pense que ce que la Côte d'Ivoire va faire, c'est d'émettre des conditions par rapport à son extradition. Parce que, le président Compaoré, compte tenu des chefs d'accusation (...)

Lire la suite sur Soir Info


Rfi Blaise Compaoré Côte d'Ivoire Abidjan France Burkina Faso gouvernement élections corruption




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour