Présidentielle 2015 : Banny appelle les Ivoiriens au recensement - Le FPI (Sangaré) maintient son boycott


Le Fpi de Sangaré maintient son appel au boycott tandis que la Cnc appelle les Ivoiriens à aller se faire recenser… (Photo d'archives)
  • Source: Soir Info
  • Date: sam. 20 juin 2015
  • Visites: 1283
  • Commentaires: 0
Cacophonie indescriptible, vendredi 19 juin 2015, au siège social de Liberté et démocratie pour la république (Lider), entre les composantes de la Coalition nationale pour le changement (Cnc).

Koulibaly Mamadou, président de Lider et Akoun Laurent, président par intérim du Fpi, version Sangaré Adou Drahamane étaient absents à cette conférence. Il s'agissait, pour la Coalition nationale pour le changement, de donner sa position sur les opérations de révision de la liste électorale en cours. 

Le Front populaire ivoirien (tendance Abou Drahamane Sangaré), représenté par Tchéidé Jean-Gervais, vice-président, Charles Konan Banny, Kouadio Konan Bertin (K.K.B), Bah Enoch et Kablan Brou Jérôme, ainsi que Samba David, ont étalé, à la face des journalistes, leurs divergences, c'est-à-dire leur désaccord, sur la position commune  à adopter, relativement à ces opérations de révision de la liste électorale, dans le cadre dés élections générales de 2015.

De toute évidence, Charles Konan Banny, K.K.B et Kablan Brou Jérôme, candidats déclarés à la présidentielle de 2015 et le Fpi, tendance Sangaré, ont des intérêts qui se situent à deux extrémités opposées.  C'est le nœud gordien   de la controverse… Banny, K.K.B, Kablan Brou ont appelé les Ivoiriens à aller se faire recenser  massivement, parce que, selon eux, c'est le seul moyen pour parvenir à un changement. En face, le Fpi de Sangaré dit maintenir son «  appel au boycott ». Une conjoncture qui ne les arrange pas.  

Tout au long des échanges avec la presse, les deux camps  ont pianoté des notes contradictoires.  Lorsque Banny,  K.K.B et Kablan Brou,  appellent les « Ivoiriens à aller s'inscrire  massivement sur les listes électorale », ils sont immédiatement  interpellés, voire  rappelés à l'ordre par Tchéidé Jean-Gervais, du Fpi, qui brandit le carton rouge du mot d'ordre de boycott lancé par son parti. Au point qu'en définitive, autour de la table, les conférenciers se sont séparés sur une fin abrupte et décevante, sans pouvoir  s'accorder sur une position unique. 

Ballotés par les flots de questions (...)

Lire la suite sur Soir Info


Kouadio Konan Bertin Banny Samba David Front populaire ivoirien Fpi présidentielle candidats élections




Educarriere sur Facebook