Ratification de la loi portant révision de la CEI et du Code électoral : Le groupe Parlementaire PDCI dénonce un vice de procédure et refuse de s'associer au projet
Marius Konan (député d'Attiégouakoro) : « Asseyons-nous et discutons sérieusement de la CEI et du code électoral. »


Le groupe Parlementaire Pdci appelle le gouvernement au dialogue autour de la Cei et du code électoral
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 18 mai 2020
  • Visites: 897
  • Commentaires: 0
La présidentielle d'octobre 2020 s'annonce dense et riche en émotion. Alors que l'opposition ivoirienne dans toute sa composante réclame une Commission électorale indépendante (Cei) répondant aux normes de Cour africaine des Droits de l'Homme et des peuples (Cadhp), et un code électorale consensuel, elle vient de se voir servir une Cei ''déséquilibrée avec surreprésentation du parti au pouvoir'' et un code électoral ''unilatéral''. De quoi faire sortir le groupe Parlementaire Pdci de ses gonds et exiger du gouvernement une Cei ''équilibrée, consensuelle, capable d'organiser des élections en toute transparence''.

Le groupe Parlementaire Pdci ne veut pas se laisser surprendre pas le processus électoral enclenché par le pouvoir d'Abidjan. A 05 mois de la présidentielle, il a décidé de sortir de sa réserve et d'utiliser tous les moyens démocratiques pour faire plier le gouvernement ivoirien dans sa volonté de maintenir l'actuelle Cei et de modifier le code électoral à sa guise. Après la saisie du Conseil Constitutionnel. Laquelle saisie, s'est soldée par un échec, ce groupe Parlementaire a, à présent ses yeux rivés vers la Cour africaine des Droits de l'Homme et des peuples qui devrait incessamment dans les prochains jours plancher sur cette question.

En conférence de presse ce lundi 18 mai 2020, au siège du Pdci à Abidjan-Cocody, Marius Konan, député d'Attiegouakoro, a au nom du groupe Parlementaire Pdci, réitéré l'engagement de son groupe Parlementaire de contraindre l'Etat de Côte d'Ivoire à respecter le protocole relatif au mécanisme de prévention, de gestion, de maintien de paix et de stabilité de la Cedeao. Lequel protocole stipule que ‘'toute réforme substantielle ne doit intervenir dans les six (06) mois précédant les élections sans le consentement d'une large majorité des acteurs politiques''.

« Dans tous les cas que l'on fixe le début du processus électoral, à partir au 31 juillet 2020, date d'affichage de la liste électorale provisoire ou du 31 octobre 2020, date du scrutin, le président de la République est forclos et les textes relatifs à la Commission électorale ind&eac (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Marius Konan Pdci Commission électorale indépendante Cei Côte d'Ivoire Abidjan Cocody présidentielle gouvernement Conseil Constitutionnel élections opposition




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour