Après la promotion d'un gendarme capitaine accusé de meurtre, grosse colère au Tribunal militaire d'Abidjan
Ange Kessi réagit


Le Tribunal militaire d’Abidjan se trouve dans une contrariété totale sur un dossier.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 26 fév. 2020
  • Visites: 1386
  • Commentaires: 0
Lourde méprise au niveau du Commandement supérieur de la gendarmerie nationale ou dysfonctionnement au ministère de la défense ? En tout cas, la promotion du capitaine B.S.G, au grade de commandant, fait des vagues en ce moment, notamment au Tribunal militaire d'Abidjan (Tma). Anciennement commandant de l'escadron 2/4 (gendarmerie mobile de Ferkéssédougou), le capitaine B.S.G est poursuivi devant le Tma, selon un juge de cette institution, « pour meurtre suivi de vol de la somme de 8 millions de F Cfa, perpétré sur un paysan », à Ferkéssédougou, l'année dernière. Sous le coup d'une procédure judiciaire, il vient d'être promu au grade supérieur.

« C'est révoltant. C'est inadmissible. En France, vous ne verrez jamais cela », s'emporte notre interlocuteur. Le chef de l'État, chef suprême des armées, Alassane Ouattara, avait approuvé, le mercredi 18 décembre 2019, plusieurs nominations au sein des Forces armées de Côte d'Ivoire, dont celle du capitaine B.S.G, au grade de commandant.

Tollé général au Tma dont les magistrats en charge de son procès, ne cachent pas leur indignation. « Sa promotion vient complexifier la procédure. Il est poursuivi en tant que capitaine, donc officier subalterne. Et le tribunal qui doit le juger, a été constitué relativement à son grade. Son nouveau statut d'officier supérieur vient complexifier la procédure. C'est choquant qu'un capitaine de la gendarmerie, qui est accusé d'avoir abattu de sang-froid un paysan qu'il déleste de huit millions, soit promu au grade supérieur. Soit le ministre de la défense a été gravement induit en erreur, soit des mains occultes n'ont pas intérêt à ce que ce procès ait lieu », s'est indigné un magistrat du Tma, avec qui nous avons échangé, vendredi 21 février 2020, dans les locaux du Tma.

Le procureur militaire, le général Ange-Bernard Kessi Kouamé, que nous avons joint par téléphone, ce jour-là, pour en savoir davantage sur ce dossier, a confirmé les faits de « meurtre suivi de vol de huit millions » imputés au capitaine B.S.G, ajoutant que celui-ci a « avoué le meurtre ». Mais, il se défend d'avoir « pris le paysan pour un braqueur », Ferké étant une zone de grande ins&ea (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Alassane Ouattara Côte d'Ivoire Abidjan France gendarmerie procès




Educarriere sur Facebook