Interview exclusive / « Cuisiné », lundi, à la préfecture de police et avant une nouvelle audition, vendredi 19 avril
Mamadou Traoré (Pro-Soro) explose : « C'est du harcèlement, des manoeuvres d'intimidation »


Mamadou Traoré demande "aux responsable du RHDP d'arrêter les manœuvres d'intimidation"
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 20 avr. 2019
  • Visites: 461
  • Commentaires: 0
Mamadou Traoré, Conseiller du président du Comité politique (Cp), Guillaume Kigbafori Soro, et ancien Directeur général (Dg) de l'Institut national de la formation sociale (Infs), a été convoqué et auditionné, le lundi 15 avril 2019, à la préfecture de police d'Abidjan. Ce compagnon de lutte de l'ex-Secrétaire général (Sg) de l'ancienne rébellion des Forces nouvelles (Fn) est, de nouveau, convoqué, ce vendredi 19 avril 2019, par la même institution policière. Pour en savoir davantage, nous l'avons rencontré, hier jeudi 18 avril 2019, à Abidjan.

Vous avez été convoqué, le lundi 15 avril 2019, à la préfecture de police. Quels en étaient les motifs ?

J'avais été précédemment convoqué, le vendredi 12 avril 2019, mais pour des contraintes familiales -car je venais de perdre mon père-, c'est finalement le lundi 15 avril que j'ai pu me présenter. Effectivement, j'ai été convoqué par le commissaire Bégromissa Alain, sur instruction du Directeur général (Dg) de la police, pour 5 motifs. 1- Trouble à l'ordre public ; 2-Offense au chef de l'Etat ; 3- Atteinte à la sûreté de l'Etat ; 4- Incitation à la violence ; 5- Divulgation de secrets professionnels. L'audition a duré 6 heures (9 h à 15 h 20). Mais j'avoue qu'au cours de cette audition, aucun de ces motifs n'a été abordé.

Qu'est-ce qui a été abordé alors ?

On m'a posé par exemple des questions sur des échanges que j'aurais eus avec certains membres de mon entourage. Que je leur aurais dit que le chef de l'Etat privilégierait des gendarmes, militaires et des gens proches de lui. Quelles sont mes intentions en disant cela ? Naturellement, je ne me reconnais pas dans ces propos. Autre chose : que j'aurais dit que des policiers seraient maltraités, et que cela pourrait entraîner la révolte de ceux-ci. Ce que je ne reconnais pas avoir dit.

Quelle analyse faites-vous donc à la suite de cette audition ?

Je pense que c'est du harcèlement, des manœuvres d'intimidation, à l'effet de me faire taire. Car, je suis un proche de Soro Guillaume et très prolixe sur les réseaux sociaux. Pour tout dire, c'est un message que le Rhdp (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, Ndlr) adre (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Soro Guillaume Rhdp Comité politique Rassemblement Abidjan police



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour

Magazine