Yopougon / Affaire ''Un homme tue sa femme à coups de pilon'' : Le mari fait des révélations renversantes sur les raisons de son crime


Le corps sans vie de la femme tuée par son mari (Photo d'archives)
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 25 fév. 2019
  • Visites: 1918
  • Commentaires: 0
Dans notre parution du mercredi 20 février 2019, nous relevions un drame qui, la veille, s'était produit au quartier populaire de « Yaosséhi », dans la commune de Yopougon. Un homme, Lorougon D., 36 ans, avait tué sa femme, Yao Aya Maximène, 29 ans, en lui fracassant la tête et en lui déboîtant l'épaule droite, par de violents coups de pilon. Crime commis dans « l'entrer-coucher » servant de logis au couple, alors que la pauvre dame pionçait tranquillement sur le lit conjugal.

Mais comment expliquer ce crime ?

On apprenait dans un premier temps, que l'homme accusait sa femme d’entretenir des relations sexuelles avec des clients de son débit d’alcool frelaté. Aveuglé donc par la jalousie, et ne supportant pas la honteuse posture du cocu, est-il convaincu, dans laquelle sa femme l'a confiné, il a donc tué sa concubine.

Mais le lendemain, lorsque nous nous sommes rendu au domicile où le crime avait été commis, pour en savoir davantage, c'est autre chose que nous entendons. Des voisins du couple, interrogés (Cf Soir Info du jeudi 21 février 2019), étaient tout perplexes.

Ils nous ont répondu qu'ils ne savent franchement rien des raisons qui auraient pu pousser Lorougon D. à se conduire comme le meurtrier de sa femme. Un acte dont ils étaient du reste, étonnés, selon leurs propos. Et mettant sur le compte de rumeurs qu'ils disent avoir entendues, ces voisins évoquaient soit un crime rituel, soit, un agissement téléguidé par des mains sorcières.

Mais plus tard, en poussant nos investigations beaucoup plus loin, les raisons de l'acte criminel imputé à Lorougon D., sont carrément renversantes. Loin de ce qui se raconte. Et cela, au regard des propres déclarations du tueur présumé, faites devant la police qui l'a arrêté.

 
 

Et de ces explications rapportées par nos sources, on verra que les réseaux sociaux y sont pour beaucoup dans ce crime. Ces fameux outils de communication aux avantages certains, mais qui sont à la base, hélas aussi, de nombreux drames comme celui du (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook