Sory Diabaté répond aux frondeurs : « Quand vous adorez le même fétiche, vous savez comment ça se passe »
« Nous avons un mois pour organiser l'AG extraordinaire »
« On ne menace personne... la vie de leur Fédération leur appartient »


Le premier vice-président de la FIF et président de la Ligue Professionnelle, Sory Diabaté
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 04 janv. 2018
  • Visites: 842
  • Commentaires: 0
Le premier vice-président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) et président de la Ligue Professionnelle, Sory Diabaté, a animé une conférence, le jeudi 4 janvier 2018, à la salle de conférence de ladite Ligue Professionnelle, pour faire le bilan de la première phase du championnat et surtout parler de la requête des clubs qui réclament la tenue d'une assemblée générale extraordinaire.

Le premier vice-président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) et président de la Ligue Professionnelle, Sory Diabaté, a tenu une conférence de presse, le jeudi 4 janvier 2018, au siège de ladite Ligue Professionnelle pour aborder les sujets brûlants de l’heure, notamment la requête de certains clubs qui réclament la tenue d’une assemblée générale extraordinaire avec pour seul point la révocation du président de la FIF, Augustin Sidy Diallo, et tout le comité exécutif de l’instance fédérale.

A la question de savoir la position de la FIF sur cette requête, Sory Diabaté a été clair. « La réponse de la FIF, c’est le communiqué que nous avons fait. Nous avons reçu effectivement cette requête. Le comité exécutif va se prononcer, va analyser la requête dans la forme et dans le fond. Et après, le comité exécutif va réagir et transmettre sa réponse à ceux qui ont fait la démarche. Selon les textes, vous avez un mois pour organiser l’assemblée générale extraordinaire à partir de la réception de la requête. Mais avant d’organiser cette assemblée générale extraordinaire, vous devez la convoquer deux semaines avant la date de tenue de l’assemblée. Dans tous les cas, la Fédération est en train de travailler sur le dossier, en temps opportun, elle saura vous communiquer ce qui a été décidé par le comité exécutif sur cette question.  Nous avons jusqu’à deux semaines avant la tenue de l’assemblée générale pour donner notre position de façon définitive sur cette question. Pour le moment, le comité exécutif a reçu, a pris acte. Des analyses sont en train d’être faites au niveau des responsables en charge de ce dossier. En temps opportun, le comité va le faire. Dans tous les cas, il faut savoir que l’assemblée générale extraordinaire doit se tenir dans un délai d’un mois, après la date de dépôt de cette requête », a-t-il confié.

Sory Diabaté a démenti les rumeurs selon lesquelles les dirigeants de la FIF menacent les clubs pétitionnaires. « On ne menace personne. Vous pensez que les hommes qui sont là ne sont pas majeurs ? Ce sont des présidents de club. Celui qui prend une décision la prend selon sa conviction, selon ses informations qu’il a. On n’a menacé personne. On n’a même pas les moyens de menacer quelqu’un. Il y a des dirigeants de club qui disent que ce n’est pas ce qu’on a dit, ce n’est pas ce qu’on nous a expliqué. Chacun est libre de prendre sa position. Mais personne n’est menacé. Tu as quels moyens aujourd’hui pour menacer un président de club. Tu n’en as pas. On parle à tout le monde. On n’est pas fermé à la discussion. Qui a signé, qui n’a pas signé, ce n’est pas ça notre problème. Ce sont les clubs qui nous ont installés là pour 4 ans. Et il est de notre devoir de parler aux clubs, comme je l’ai fait avec vous. Il y a un certain nombre d’informations qui ont circulé. Il y a des informations qui ont été données aux clubs. Et nous, on a eu le document aussi. Il y a des choses qu’on nous reproche qui sont fausses…Je vous ai donné quelques éléments ici. Donc quand tu rencontres un club, tu lui dis voilà, mais tu ne menaces personne. Aucun moyen de menace, de pression sur quelques clubs que ce soit. Quand un club prend une décision de réviser sa position, il est libre de le faire, mais ce n’est pas à nous d’aller menacer quelqu’un. Moi je pense que ce sont des responsables, ce sont des adultes. La vie de leur fédération leur appartient.

Un complot savamment monté : « Il y avait quelque chose qui était déjà planifiée »

Selon le conférencier, l’élimination des Eléphants par les Lions du Maroc n’est que l’élément déclencheur. « C’est l’élément déclencheur tout de même. S’il y a d’autres points. Je vais vous dire une chose. Les textes sont clairs. Quand vous n&r (...)

Lire la suite sur linfodrome.com



Appels d'offres

    Aucun document en téléchargement.

Voir tous les documents

Educarriere sur Facebook