Sidy Diallo s'explique : incidents avec son homologue marocain, limogeage de Wilmots...

  • Source: afrikipresse.fr
  • Date: jeu. 16 nov. 2017
  • Visites: 1414
  • Commentaires: 0
Le président de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), Sidy Diallo a profité mercredi 15 novembre 2017 d'un séminaire de formation des journalistes sportifs ivoiriens au Centre Technique National (CTN) de Bingerville (banlieue d'Abidjan) pour marquer un retour sur le match Côte d'Ivoire-Maroc joué le 11 novembre 2017, à Abidjan. Il a également abordé d'autres sujets dont le limogeage de Marc Wilmots.

Limogeage de Marc Wilmots

C'est un match de football. Il y a eu un vainqueur qui est le Maroc, et un vaincu qui est la Côte d'Ivoire malheureusement. Le lundi après le match, nous nous sommes retrouvés avec le sélectionneur des Éléphants, Marc Wilmots. Nous avons dressé le bilan des éliminatoires qui nous le savons est négatif. Les deux partis sont convenues de se séparer. Les discussions ont été franches à tous les niveaux. Donc Marc Wilmots est parti. Son successeur sera connu plus tard. Nous prenons le temps de cerner certains contours. La semaine prochaine, je vais rencontrer les présidents de clubs.

[ L'incident avec Fouzi Lekjaa ]

À mon arrivée dans la loge, j'ai tenu à saluer tous ceux qui y étaient. Tout s'est bien passé jusqu'au niveau du président Fouzi. Quand je lui ai tendu la main, il a refusé de la serrer. J'ai insisté, mais il a refusé de le faire en disant qu'il ne le fera ni aujourd'hui ni demain. Il a évoqué les problèmes de tickets, de déjeuner, de manque d'attention. J'ai été surpris parce que depuis le mercredi de son arrivée jusqu'au jeudi je l'ai appelé en vain. Même les SMS sont restés sans réponse. Je le lui ai fait savoir. Alors j'ai demandé à ce qu'on le vide de la loge, parce qu'un tel homme ne mérite pas cette place. Naturellement il y’a eu des éclats de voix et les gens se sont interposés pour nous séparer. Cela s'est passé une heure ou une heure et demi avant le début du match. À la fin de la rencontre, l'ambassadeur du Maroc a mené une médiation où il a condamné l'attitude de Faouzi. Lui même a reconnu son tort. Nous avons fait la paix, et nous nous sommes séparés. Aujourd'hui, l'incident est clos; je peux vous dire si c'était à refaire je le referai parce qu'à travers ma personne c'est la Côte d'Ivoire qu'il voulait humilier. Je n'ai pas apprécié son attitude.

[ Le match aller Maroc-Côte d'Ivoire ]

Je reviens sur le match aller qui a lieu à Marrakech. À notre arrivée à l'aéroport, le Maroc a réservé le salon d'honneur à la délégation ivoirienne, mais nous a fait attendre durant trois heures. Pendant ce temps, j'ai appelé en vain le président Faouzi Lekjaa sans qu'il ne décroche. Au bout de trois heures, il me rappelle pour s'excuser de la longue attente, tout en m'expliquant que l'officier de liaison n'était pas là. De plus, contrairement à ce qu'il a raconté aux gens, la fédération marocaine n'a pas convié la délégation ivoirienne à un déjeuner. Le président Faouzi ne m'a pa (...)

Lire la suite sur afrikipresse.fr



Offres d'emploi du jour

Educarriere sur Facebook