Après les affrontements de Broukro : Le commissaire de police de Bongouanou mis aux arrêts


Le procureur militaire, Ange Kessi Kouamé, a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette affaire en vue de réconcilier les populations. (Photo d'archives)
  • Source: L'inter
  • Date: lun. 23 mai 2016
  • Visites: 7261
  • Commentaires: 1
Le commissaire de police de Bongouanou a été mis aux arrêts, suite aux violents affrontements survenus le mardi 17 mai à Broukro.

Cet officier de police est en détention préventive dans le cadre  de l'enquête relative à cette affaire qui a porté un véritable coup de massue à la cohésion sociale qui prévalait dans cette localité située dans le département de Bongouanou, région du Moronou. Il s'est retrouvé dans cette situation parce que  deux personnes ont trouvé la mort et plusieurs blessés ont été enregistrés au moment  où certains de ses éléments intervenaient pour contenir un mouvement de foule.

Le nommé Adjémian Brou Eugène  a trouvé la mort après avoir reçu, en pleine poitrine, un projectile tiré par les agents de sécurité. Un enfant est également décédé après avoir inhalé du gaz lacrymogène. Le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Kouamé, fils de la région, s'est rendu sur les lieux le jeudi 19 mai, en compagnie du procureur de la justice de Bongouanou et du préfet de région  du Moronou, pour l'ouverture d'une enquête.

Cette  délégation est allée à la rencontre des populations en vue de les informer  des démarches en cours pour faire la lumière sur cette affaire, mais aussi pour situer les responsabilités.  «  Ces autorités judiciaires et administratives  sont venues nous dire que le commissaire de police de Bongouamou a été arrête. Nous ne doutons pas de leur bonne foi. Mais nous allons chercher à vérifier et constater cette arrestation », a lancé, vendredi 20 mai, au cours d'une communication téléphonique, le président des jeunes de Broukro, Adjémian Kacou, frère du défunt Adjémian Brou Eugène. 

Outre l'arrestation de cet officier de police, le corps du d&eac (...)

Lire la suite sur L'inter


Ange Kessi gouvernement police affrontement




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour