Toulépleu / Conflit frontalier : L'Armée libérienne menace - Des populations chassées


Des jeunes malfaisants ont failli mettre en péril l’équilibre du département de Toulépleu… (Photo d'archives pour illustrer l'article)
  • Source: Soir Info
  • Date: lun. 13 avr. 2015
  • Visites: 2549
  • Commentaires: 4
L'information émane des soldats de l'Onuci basés à Toulépleu, 610 Km à l'ouest d'Abidjan. Elle a été confirmée par des autorités sécuritaires de ce département frontalier du Liberia, que nous avons jointes le vendredi 10 avril 2015 en milieu de matinée.

L'on est passé, selon elles, « à deux doigts d'un affrontement » entre l'armée libérienne et des planteurs d'origine burkinabé. Au centre, un conflit foncier lié à une occupation illégale d'une forêt libérienne. «  Le chef du village et ses notables ont vite pris la mesure du danger. Ils ont donc pris les devants en allant détruire les champs des burkinabé et chassé ceux-ci loin du village » nous apprend un gendarme de la brigade de Toulépleu. «  Le sous-préfet de Bakoubly était hier (ndlr jeudi 9 avril 2015) à Séhibly pour parler avec les populations, prendre le pouls de l'atmosphère et inviter les populations au calme » souligne, pour sa part, le commandant de Brigade (C.B.) de Toulépleu, avec qui nous avons échangé au téléphone. « Les militaires libériens menaçaient de venir chasser eux-mêmes les planteurs clandestins qui se sont infiltrés dans la forêt libérienne. Face à cette menace, le chef du village et la notabilité ont pris la décision de mettre fin aux travaux en cours dans la forêt et d'expulser les occupants illégaux » a-t-il ajouté. « Je me suis rendu moi-même sur les lieux à Séhibly. Tout est rentré dans l'ordre » (...)

Lire la suite sur Soir Info


Onuci Abidjan affrontement information




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour