ft-ad_1
Afrique/Monde

Burkina Faso : Le gouvernement décide de l'ouverture de la tombe de Sankara

post-img
Cette tombe supposée contenir les restes du capitaine Thomas Sankara sera bientôt ouverte pour nécessité d'enquête.

Les restes du capitaine Thomas Sankara seront exhumés et soumis à des examens. Ainsi en a décidé, le mercredi 4 mars 2015, le gouvernement réuni en conseil des ministres. But de l'opération: mettre fin à la polémique sur le lieu où gît la dépouille du père de la révolution burkinabé.

La requête introduite en 2010 par Mariam Sankara, la veuve de Thomas Sankara, est sur le point d'aboutir. Avant-hier mercredi 4 mars, par décret pris en conseil des ministres, le gouvernement de transition burkinabé a décidé d'exhumer le corps de l'ancien président du Faso, le capitaine Thomas Sankara. Des analyses, notamment un test d'ADN, seront faites sur les restes du défunt, pour savoir si le corps qui repose dans la sépulture creusée au cimetière de Dagnoen à Ouagadougou est bien celui de Sankara.

Le 15 octobre 1987, lorsque le chef de l’État du Faso a été assassiné par un groupe de militaires au siège du Conseil de l'Entente qui faisait office de palais présidentiel, sa dépouille ainsi que celles de ses camarades d'infortune ont été enterrées précipitamment dans la soirée. Ce n'est que plus tard que la sépulture du capitaine a été montrée à la population. Mais, depuis ce temps, des doutes subsistent sur cette tombe censée contenir les restes du ''Ché burkinabé''. Au moment où Blaise Compaoré, l'auteur du coup d’État qui lui a coûté la vie était au pouvoir, il était quasiment impossible de vérifier le contenu de cette sépulture.

En 2010, la veuve du défunt avait saisi les tribunaux à cette fin, mais sans succès. Aujourd'h (...)

Lire la suite sur L'Inter


État Blaise Compaoré Thomas Sankara Ouagadougou gouvernement conseil des ministres

Articles similaires