Couverture maladie universelle : L'UNG s'attaque au projet de Ouattara


Stéphane Kipré et son parti émettent de sérieuses réserves sur la survie de la Cmu (Photo d'archives)
  • Source: Linfodrome.com
  • Date: mar. 13 janv. 2015
  • Visites: 2162
  • Commentaires: 0
Face à l'assurance-maladie universelle (AMU) de Laurent Gbagbo dont la crise armée a empêché la mise en œuvre en 2002, le candidat Alassane Ouattara avait promis une couverture maladie universelle (CMU) aux Ivoiriens pendant la campagne présidentielle de 2010, pour une contribution mensuelle de 1000 FCFA par adulte et par enfant de plus de 5 ans.

Prévue pour le 1er janvier 2015 après deux reports successifs (1er janvier 2013 et 1er janvier 2014), la mise en œuvre de la CMU vient encore d'être reportée. Le gouvernement de Monsieur Ouattara a lancé le 30 décembre 2014 l'opération dite « d'enrôlement » des bénéficiaires de cette couverture santé. L'occasion était ainsi rêvée de mettre en œuvre une vaste campagne de communication visant à faire croire aux Ivoiriens que la promesse de la CMU a été tenue. En réalité, la CMU version Alassane Ouattara ne résiste pas à la critique.

D'abord, le choix de l'entreprise SNEDAI, chargée d'exécuter cette opération d'enrôlement. Rappelons que la SNEDAI est dirigée par Monsieur Adama Bictogo, cadre du RDR et ancien ministre très proche de Monsieur Ouattara. En plus du conflit d'intérêt flagrant que met en exergue ce choix, c'est toute l'opacité autour de cette opération d'enrôlement qui doit être dénoncée avec vigueur. Alassane Ouattara a déjà annoncé les couleurs lors de son enrôlement en prévoyant le début des prestations de la CMU pour septembre 2015, c'est-à-dire à un mois de l'élection présidentielle. La SNEDAI pourra donc tout mettre en œuvre afin que l'opération soit lente et permettre ainsi à ADO de brandir la CMU comme argument pour la campagne présidentielle à venir.

Le nombre très restreint des sites d'enrôlement (10 sites pour toute la Côte d'Ivoire) renforce cette volonté de retarder la mise en œuvre de cette couverture santé. L'aspect technique de la CMU est tout aussi révélateur des insuffisances de ce projet. En effet, le gouvernement Ouattara communique à outrance sur le projet alors que sa conception technique est loin d'être parfaite et achevée.

Sur le financement de la couverture maladie universelle version ADO, tous les observateurs avisés, conscients du renchérissement des dépenses de santé s'accordent à dire que les 1000 CFA de contribution mensuelle par personne ne réussiront pas à équilibrer les comptes. Les responsables techniques du projet réfléchissent toujours sur la possibilité d'une contribution des entreprises, même si leur compétitivité doit en pâtir. Le financement n'est donc pas bouclé pendant qu'on lance le projet. Alors que la CMU est censée réduire les inégalités, ce mode de financement consacre avec brio l'injustice puisque la contribution n'est pas proportionnelle au revenu. Aussi, le gouvernement ADO, dans sa campagne de communication, a annoncé quatre millions de bénéficiaires au lancement du projet alors qu'en réalité, ils seront moins d'un million sur vingt-trois millions d'Ivoiriens.

 

Des exclusions évoquées

En effet, si le projet est enfin opérationnel, seuls les (...)

Lire la suite sur Linfodrome.com


Laurent Gbagbo Alassane Ouattara ADO Adama Bictogo RDR Côte d'Ivoire élection présidentielle gouvernement CMU candidat Ivoirien




Educarriere sur Facebook