Côte d'Ivoire : les boulangers saisissent la tutelle pour un réajustement du prix du pain


Amadou Coulibaly, président du Haut Patronat de la boulangerie et de la pâtisserie de Côte d'Ivoire (HPBP-CI)
  • Source: APA
  • Date: sam. 15 janv. 2022
  • Visites: 965
  • Commentaires: 0
Dans une situation quasiment "intenable" et "délétère" avec des fermetures de fours, le Haut patronat des boulangers ivoiriens saisit la tutelle en vue d'un réajustement du prix du pain.

"Nous avons déposé un courrier afin que le gouvernement permette un réajustement du prix", a confié le président du Haut Patronat de la boulangerie et de la pâtisserie de Côte d'Ivoire (HPBP-CI), M. Amadou Coulibaly, dans un entretien à APA.  

Pour l'heure, l'organisation patronale table sur la négociation avec la tutelle, le ministère du Commerce et de l'industrie, "maintenant, c'est lorsque cette demande n'aurait pas de réponse favorable que nous envisagerions un arrêt de travail", a-t-il dit.  

"Il ne s'agit pas d'emblée d'une grève, nous avons compte tenu des problèmes auxquels nous sommes confrontés depuis belle lurette, l'impossibilité d'ajuster nos prix pour être rentable par rapport aux prix de nos intrants qui ont augmenté" et c'est d'instruire la tutelle, a-t-il ajouté. 

Mais, "nous pensons qu'aujourd'hui, l'augmentation n'est pas négociable, parce qu'on n'a plus le choix. On a pressé, pressé mais nous sommes en train de nous noyer, et notre exploitation est menacée", a-t-il fait observer.  

Selon M. Amadou Coulibaly, la continuité de l'activité des boulangers est "vraiment menacée aujourd'hui". La situation est "intenable" en termes de charges d'exploitation et à cela s'ajoutent d'autres obligations telles les taxes fiscales. 

Le plafond de verre empêche les boulangers d'ajuster. "Donc, aujourd'hui, les  boulangers sont dans une situation délétère et de dégradation de leur fonds de commerce et beaucoup sont endettés et d'autres sont en train de fermer", a indiqué M. Amadou Coulibaly

"Nous estimons que produire et puis perdre, autant ne pas produire", a-t-il lancé. Cette démarche envers la tutelle vise à "attirer l'attention" du gouvernement pour le réajustement du prix et que déjà le principe de l'augmentation soit un acquis.  

"Concernant le montant, nous sommes prêts à négocier et à discuter avec le gouvernement, naturellement avec d'autres leviers que le gouvernement pourrait prendre afin que nous situons le prix", a-t-il poursuivi.  

Il a fait savoir que soit la population supporte le prix réel ou le gouvernement consent à faire des subventions, en prenant des mécanismes pour que les citoyens ne subissent pas directement le prix réel.  

Toutefois, "n (...)

Lire la suite sur APA


Amadou Coulibaly Côte d'Ivoire gouvernement ivoiriens




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour