Ruiné par les ''margouillats'', Ali Diomandé (instituteur) fait des révélations et avertit...


L'instituteur Ali Diomandé a été ruiné par les margouillats. Il part bientôt à la retraite sans avoir pu économiser un seul franc
  • Source: linfodrome.com
  • Date: sam. 04 sept. 2021
  • Visites: 1879
  • Commentaires: 0
Après 33 ans de service, Ali Diomandé, instituteur de son état, part à la retraite à la fin du mois de septembre 2021, sans avoir pu économiser un seul kopeck. Durant 17 ans, il a subi le diktat des usuriers communément appelés margouillats. Dans un entretien accordé à RTI Info, la victime de cette pratique interdite par la loi depuis 2014, avertit les nouveaux fonctionnaires.

Est-ce que vous a avez perçu votre salaire de fin de mois ?

Oui, mais c'est à un margouillat à qui j'ai remis ma carte magnétique qui a fait le retrait en mon nom. Il est allé, il a eu 150 000 francs dedans. Il a pris ça. Il a enlevé ses 130 000 francs et il m'a donné 20 000 francs. Cette somme ne peut même pas payer la maison. Donc il m'a redonné (reprêté) 100 000 francs. Donc je dois rembourser encore à la fin du mois 150 000.

Depuis quand êtes-vous entré dans ce phénomène ?

Ça commencé quand mon vieux est décédé. Je devais aller aux funérailles, mais je n'avais plus rien. Mon banquier, mon gestionnaire dit qu'il ne pouvait pas me faire un prêt. Donc j'étais obligé d'aller voir un margouillat. Il m'a donné ce que je voulais. C'est comme cela ça commencé.

Aujourd'hui, vous êtes endetté jusqu'à quel niveau de votre salaire ?

Je dirais que je suis endetté jusqu'au cou parce que quand le fonctionnaire ne parvient plus à faire le retrait de ses propres mains, ce n'est plus la peine. C'est quelqu'un qui fait le retrait et il lui donne sa part. ça veut dire que tu n'es plus un homme. C'est un analphabète qui te paie maintenant. Parce qu'il a l'argent.

C'est vous qui êtes allez vers lui…

Oui, je suis allé vers lui. Mais lui était là, c'est son travail. Voilà pourquoi je suis allé vers lui. Quand il n'y a pas de planteur de drogue, il n'y a pas d'acheteur.

Est-ce que c'était la seule façon de résoudre votre problème ?

Oui, de nos jours, l'Ivoirien ne fait plus de prêt. Tout est prêt à usure. Aujourd'hui, les fonctionnaires ont leurs usuriers à part, les planteurs ont pour eux, les commerçants ont pour eux, les transporteurs ont pour eux. C'est comme ça.

Vous avez dit que vous êtes endetté jusqu'au cou. Auprès de combien d'usuriers avez-vous contracté des prêts ?

Il faut dire que pour les fonctionnaires, il y a deux types. Il y a des usuriers qu'on appelle margouillats. Il y a les sédentaires et les ambulants. Les sédentaires, ce sont eux-mêmes qui tuent les fonctionnaires. Mais pour eux-là, l'Etat est au courant de ça. L'Etat de Côte d'Ivoire est au courant de ça. Parce qu'il te donne un papier que tu déposes au greffe. Le greffier met son cachet et tu prends, tu lui ramènes ça. Il prend ça pour envoyer à l'AJT. L'AJT prend ça pour déposer au Trésor. Et c'est comme ça que les coupures commencent sur les bulletins. Le margouillat ambulant a son argent dans ses poches. Il vient s'asseoir devant la banque. Soit il t'aborde directement. Ce sont des gens très psychologues. Quand ils regardent ton visage, ils savent que tu as des problèmes. Là, ils peuvent t'aborder (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


RTI Côte d'Ivoire drogue fonctionnaires





Educarriere sur Facebook