Suspecté d'enregistrement illégal : il fait chanter ces amoureux

  • Source: PLCC
  • Date: vend. 13 mai 2016
  • Visites: 2867
  • Commentaires: 2

ZOKOU GNONKA ELYSÉE DON AVERTY alias « DEMACOVITCH LE BOKO HARAM » a été interpellé par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Il est suspecté de Sextorsion sur internet.

Son interpellation est la suite d'une plainte déposée par le FBI à la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT). Le suspect a été retracé depuis les Etats Unis et localisé en Cote d'Ivoire. Dans les locaux de la PLCC, lors de son interrogatoire, tous les éléments en sa possession ont été mis à la disposition du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), de la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT) pour une analyse approfondie. Le résultat de l'analyse a révélé que le suspect possédait plus d'une cinquantaine de faux profils sur les réseaux sociaux, avait un profil web du nom de « MANUELLA DUPONT », et qu'il utilisait plus de 50 numéros de différentes sociétés de téléphonie mobile. De nombreuses photos et vidéos à caractère sexuel, des messages de menaces et messages coquins, des codes mtcn ont également été découverts. Tous ces correspondants étaient des personnes de l'Amérique Latine et toutes leurs conversations étaient en espagnole.

Interrogé, le suspect déclare pratiquer la cybercriminalité. Son mode opératoire est de parcourir les réseaux sociaux à l'aide de photos usurpées trouvées sur internet, à la recherche de potentielles victimes. Ensuite en prétextant chercher l'amour, il les appâte une fois la confiance est établie, naît alors une relation amoureuse. A partir de là, il leur demande des conversations visiophoniques coquines. Grâce à un logiciel, il diffuse des vidéos à caractère pornographique déjà préenregistrées qui passent pendant qu'il parle avec sa victime, qui croit le voir lui en temps réel. Il l'invite à faire autant et un autre logiciel lui permet d'enregistrer les vidéos au même moment. Le chantage peut enfin commencer dès qu'il a des vidéos compromettantes de sa victime.

Interrogé, ZOKOU GNONKA ELYSÉE DON AVERTY alias « MANUELLA DUPONT » pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d'éléments d'identification de personne, pour enregistrement illégal de communication privée et chantage à la vidéo. Il a été déféré devant le Parquet pour répondre des faits qui lui sont reprochés.




internet téléphonie mobile identification



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour