Eliminatoires CAN 2015 / Eléphants : Les leçons d'un naufrage

  • Source: Fraternité Matin
  • Date: vend. 12 sept. 2014
  • Visites: 2248
  • Commentaires: 0
Les Éléphants étaient attendus, mercredi, au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Mais, ils n'ont pu barrir devant des Lions Indomptables très affamés.

Hervé Renard a enregistré son premier couac. Attendu sur la pelouse du stade Ahmadou Ahidjo pour sa deuxième sortie officielle à la tête des Éléphants, le technicien français a assisté impuissant à la déroute de son équipe face à une séduisante équipe camerounaise emmenée par la doublette N'Jié-Aboubakar (4-1). Ce n'est pourtant pas faute d'avoir remanié son onze de départ par rapport à la victoire difficilement arrachée contre la Sierra Leone. Les Ivoiriens affichant de meilleures intentions dans les premiers instants. Mais seulement le temps de faire illusion... 

Que s'est-il réellement passé à Yaoundé ? Difficile à expliquer. Pourtant la nature était avec les Ivoiriens. Car en avançant le match à 14h, l'hôte avait l'intention de vite étouffer son visiteur. « Nous savons que les joueurs ivoiriens n'aiment pas les combats rudes. Avec la chaleur et le jeu physique que les lions allaient leur soumettre dans leur tanière, ils allaient vite déchanter », confiait Céline Eko, la présidente transitoire de la Commission de football féminin de la Fécafoot.

Mais contre toute attente, une pluie surprise vient adoucir l'atmosphère juste avant le coup d'envoi. Mais, les Ivoiriens n'en ont pas profité. Ils ont eu plutôt du mal à résister au jeu physique de l'adversaire. 

Entre outre, contrairement au match contre la Sierra Leone, à Abidjan, Hervé Renard a fait confiance à Bamba et Lamine Koné dans l'axe. Physiquement court, Bamba Souleyman était absent durant tout le match. Comment ce défenseur expérimenté a-t-il pu se faire arracher le cuir à l'entrée de la surface par Kweuke (87e mn) alors la Côte d'Ivoire était mené 4-1 ?

Lamine Koné qui jouait son tout premier match en terre africaine était également l'autre adversaire des Eléphants. Dans ce match, Arthur Boka se retrouvait par moments, libéro tandis que Serge Aurier flottait sur le côté droit par la faute de Lamine Koné mal positionné.

Du coup, le jeune Clinton Njé, auteur d'un doublé, se faisait un nom en martyrisant le meilleur latéral droit du championnat de France 2013-2014. Copa Barry était directement livré aux «Lions».

Yaya Touré décevant Meilleur avec Manchester City et passé capitaine en sélection, Yaya Touré n'a pas encore justifié son nouveau statut. Contre la Sierra Leone au stade Houphouët-Boigny, le triple Ballon d'Or africain a joué en - dessous de sa valeur. Mercredi encore, Yaya, malgré son but, a eu une prestation moyenne. Se laissant marcher dessus par des Lions affamés et orgueilleux.

« Nous avons pris une raclée. Nous devons nous en prendre à nous-mêmes. Mais rien n'est encore fini. Il nous reste quatre matches. L'objectif c'est de se qualifier. Nous sommes une jeune équipe. Nous ferons en sorte qu'au prochain match, l'on soit fier de nous », s'est-il contenté de justifier après le match. Nonobstant la somme d'expérience qu'il cumule avec des joueurs comme Gervinho, Arthur Boka, Copa Barry, Bamba Souleyman et Cheik Tioté.

Transformé en milieu offensif, Yaya qui a marqué 20 buts l'année dernière avec Manchester City, a laissé la tâche de bucheron au seul Cheik Tioté.

Les Lions, eux, peuvent savourer leur triomphe. « On ne pouvait pas subir une défaite sur notre terrain. Nous attendions ce moment pour réconcilier le peuple camerounais avec son football. Et la Côte d'Ivoire était le type d'adversaire qu'il fallait battre pour panser les plaies », a déclaré Stéphane M'Bia, nouveau capitaine des lions Indomptables depuis le départ à la retraite de Samuel Eto'o.


PAUL BAGNINI
ENVOYÉ SPÉCIAL À YAOUNDÉ


Attention coach !

Nous écrivions après la laborieuse victoire des Eléphants sur les Lones Stars (2-1), samedi, dans la bonbonnière du Plateau : « La sélection nationale ivoirienne présente de nombreuses lacunes qu'elle devra s'atteler à combler avant la bataille épique de Yaoundé ».

Si l'encadrement technique a l'excuse de ne pouvoir corriger toutes ces insuffisances en 72 heures, il faut, toutefois, reconnaître que, mercredi, Hervé Renard a commis quelques erreurs dans le choix des hommes.

En défense, au moment où l'on s'attendait à le voir reconduire le quatuor de la seconde période contre la Sierra-Leone (Aurier, Boka, Kessié-Bamba) devant le portier Boubacar Copa Barry, le technicien français a plutôt préféré titulariser Lamine Koné en lieu et place du jeune Kessié. Et pourtant, ce dernier avait livré une belle partie et laissé entrevoir de réels motifs d'espoir pour les batailles à venir. Ce choix contestable (à moins que Kessié ne soit blessé) a posé un problème de repère, de complémentarité dans l'axe. Sur l'ensemble de la partie, la paire centrale Lamine Koné-Bamba Souleymane a rarement parlé le même langage. Et l'adversaire en a largement profité pour bâtir sa victoire.

En outre, dans le secteur médian, coach Hervé Renard, dans son schéma de 4-4-2, a fait confiance à Akpa Akpro, là où la titularisation de Serey Dié Geoffroy s'imposait. Le milieu de terrain est un compartiment déterminant dans un match. L'équipe qui s'y impose, l'emporte souvent. Akpro a beaucoup couru sans apporter quelque chose de concret à l'ensemble de l'équipe. Il n'a gagné aucun duel.

Conclusion : le Cameroun, en gagnant la bataille du milieu avec des joueurs volontaires et orgueilleux notamment en seconde mi-temps, a obtenu une éclatante victoire (4-1) face à son vrai rival du groupe D. En deux rencontres, les Lions indomptables totalisent autant de victoires (6 points +5) et sont solides leaders. Contrairement aux Eléphants (3 points – 2), désormais habités par le doute. 

En tout cas, Hervé Renard dont nous ne doutons pas de la valeur de grand technicien, doit toutefois, faire bien attention à l'avenir. Dans la reconstruction de cette sélection, il doit savoir faire le bon choix au moment opportun.

La troisième journée des éliminatoires de la Can se déroulera dans un mois. Ses collaborateurs et lui ont donc quelques semaines pour rectifier le tir avant d'affronter les Léopards de la République démocratique du Congo, à Lumumbashi. Une bataille qu'il faudra absolument gagner pour garder intactes les chances de qualification des Eléphants pour la phase finale de la compétition prévue en 2015, au Maroc.

JEAN-BAPTISTE BÉHI




football Eléphants Éléphants Yaya Touré Gervinho Hervé Renard Serge Aurier Serey Dié Lions indomptables Lions Indomptables Manchester City Côte d'Ivoire Abidjan Plateau France Maroc Cameroun CIA Congo Samu ivoiriens



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour