Côte d'Ivoire : les marchés publics passent de 300 à plus de 1300 milliards FCFA (Expert)

  • Source: APA
  • Date: jeu. 30 janv. 2020
  • Visites: 596
  • Commentaires: 0
Les marchés publics sont passés de 300 milliards FCFA en 2010 à plus de 1300 milliards FCFA en 2019 en Côte d'Ivoire, a indiqué jeudi à Abidjan, Olivier Koko Kossonou, un expert et ex-secrétaire général de l'Autorité nationale de régulation des marchés publics (ANRMP).

«En Côte d'Ivoire, les marchés publics sont passés de 300 milliards FCFA en 2010 à plus de 1300 milliards FCFA en 2019. La part des marchés publics dans le PIB  en Côte d'Ivoire varient entre 26% et 29% dans la même période. Sur la même période, la part des marchés publics approuvés dans le budget de l'État oscille entre 10 et 22%», a fait savoir M. Kossonou qui s'exprimait lors d'une conférence inaugurale à la rentrée solennelle du Centre africain de management et de perfectionnement des cadres (CAMPC) sur le thème: «La gouvernance de la commande publique ».

Il a ajouté également que la part du budget de l'État qui devait être exécutée par marché public varie entre 16 et 75%. De son avis, lorsque la commande publique s'exécute selon les normes internationales, il y a un climat de confiance qui favorise l'investissement.

 « Sous le vocable commande publique, il faut entendre les marchés publics plus les  partenariats publics-privés. A travers les marchés publics, les entreprises sont obligées de s'adapter à la réglementation sociale », a entre autres soutenu M. Kossonou pour qui on peut utiliser les marchés publics « pour régler des inégalités » dans la société.

« Notre institution participe à l'émergence d'hommes nouveaux soucieux d'appliquer les méthodes et outils  du management à leur travail quotidien et à la conduite des affaires de la nation pour un développement durable », s'est félicité auparavant Pr Joseph Assi-Kaudjhis, le directeur général du Centre africain de management et de perfectionnement des cadres (CAMPC), une institution inter-États de formation des cadres africains basée à Abidjan

Selon lui, le CAMPC s'attelle à « faire marcher la machine économique, à lutter contre la médiocrité, la misère et la pauvreté et à accompagner nos États dans leur quête de bien-être ».

Pour sa part, Djedje Mel, le directeur de cabinet du secrétaire d'État ivoirien chargé de l'enseignement technique et de la formation professionnelle qui a livré le message de celui-ci,   a salué la contribution du CAMPC dans la formation des cadres africains.

(...)

Lire la suite sur APA


Côte d'Ivoire Abidjan PIB marchés publics budget partenariat



Educarriere sur Facebook