Fermeture du CHU de Yopougon : Le CHU de Treichville pas encore prêt pour assurer la transition


Que les choses s’accélèrent au Chu de Treichville pour le bien-être des populations, singulièrement des malades.
  • Source: linfodrome.com
  • Date: lun. 04 nov. 2019
  • Visites: 755
  • Commentaires: 0
Prévenus de la fermeture du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yopougon il y'a quelques semaines, certains établissements sanitaires à Abidjan peinent à se réorganiser pour accueillir des malades dudit centre. C'est le cas du CHU de Treichville.

Dans le cadre du programme de restauration du dispositif hospitalier en Côte d'Ivoire, le Centre hospitalier universitaire (Chu) de Yopougon est contraint de fermer ses locaux pour une période de trente-six (36) mois de travaux. Ainsi trois (3) ans durant, les populations ivoiriennes devront supprimer de leur répertoire le Chu de Yopougon pour s'orienter vers d'autres centres de santé, notamment les hôpitaux généraux d'Abidjan et ses alentours, les Chu des communes d'Angré de Cocody et de Treichville, comme annoncé par le ministre de la Santé et de l'Hygiène publique.

A en croire le ministre Aka Aouélé, tout devrait être mis en œuvre pour permettre aux autres centres hospitaliers universitaires d'accueillir les patients. Malheureusement, cela ne semble pas être le cas au Chu de Treichville. Le fonctionnement de ce Chu n'a pas bougé d'un iota.

« Nous avons appris dans les médias que le Chu de Yopougon fermé pour travaux, va accueillir désormais les patients de Yopougon. Or, nous ne sommes pas prêts en réalité », nous informe un agent de santé sous le couvert de l'anonymat. Au service des urgences dudit centre, un autre agent nous apprend que depuis l'annonce de la fermeture du Chu de Yopougon, les différents services ne désemplissent pas.

Les évacuations de patients ne font que s'accroitre chaque jour et pourtant, rien n'a changé, aucune réorganisation n'a véritablement été mise en place. « Nous n'arrivons plus à prendre normalement notre pause. Quelque chose doit être fait au risque de voir les malades être abandonnés », a-t-il soutenu.

Même constat au service Oto-Rhino-Laryngologiste (ORL) du Chu de Treichville. Les locaux de ce service refusent du monde. Les patients attendent impatiemment leur tour de passage. Approché dans la matinée, Dame Yapo affirme qu'un rendez-vous d'une semaine lui a été imposé par le service d'accueil. Malgré cela, elle craint de ne pas être reçue, vu que la fin de la matinée n'est plus trop loin. « C'est comme ça ici, le rendez-vous est pris une semaine d'avance et il faut être là très tôt le matin à la date indiquée au risque de ne pas pouvoir être pris en charge », a déclaré un agent en blouse de couleur à l'équipe de 'linfodrome". Interrogé sur les dispositions particulières prises en vue de la gestion des flux de patients dans ce centre d'accueil, sans détour, l'agent (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Aka Aouélé Côte d'Ivoire Abidjan Cocody Chu de Yopougon CHU de Treichville




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour