Enseignement supérieur / Pourquoi l'Etat veut dissoudre l'INP-HB
Le rapport qui dit tout


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 08 avr. 2016
  • Visites: 11011
  • Commentaires: 28
La dissolution de l'Institut national polytechnique Houphouët-Boigny (Inp-HB) est une volonté de l'État de Côte d'Ivoire.

C'est du moins ce que laissent croire les termes d'un rapport conjoint du ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du ministre chargé de l'Économie et des finances datant de septembre 2015 et élaboré par le professeur de Droit Alain Aboa. Un rapport dont nous avons reçu copie le mardi 6 avril 2016. Présenté sous la forme d'un projet de convention, les parties signataires mentionnées sont  l'État de Côte d'Ivoire, représenté par  le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le ministre délégué auprès du Premier ministre , chargé de l'Économie et des finances, d'une part,  et  l'Institut national polytechnique  Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro ( Inp-HB) d'autre part. Il y est notifié que la reforme du statut de cet institut polytechnique participe de la volonté de l'État d'apporter une réponse durable à un problème qui dure depuis des années. Tout a été expliqué dans ce document d'une soixantaine de pages assorti de deux projets de décrets. L'un portant approbation de la convention entre l'État et l'Inp-HB rappelle les dispositions générales. Il  précise, en son article 2, que les actifs et les passifs de «  l'ex Inp-HB sont régis par les dispositions de la loi fixant les règles générales relatives aux établissements publics nationaux et portant création de catégories d'établissements publics ». Les parties signataires devront le publier au Journal officiel de la République de Côte d'Ivoire. L'autre projet de décret est relatif à la dissolution de cet établissement public à caractère administratif. Les motivations de cette initiative ont été exposées. En effet, pendant plusieurs années, les grandes écoles publiques sises à Yamoussoukro ont été le fleuron de l'enseignement supérieur en Côte d'Ivoire. L'on peut citer l'École nationale supérieure des travaux publics ( Enstp) ou encore l'Institut national supérieur de l'enseignement technique ( Inset). En 1990, l'État a fusionné toutes ces grandes écoles pour donner naissance à l'Institut national polytechnique  Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro ( Inp-HB). Établissement public administratif créé par décret n°96-678 du 4 septembre 1996. Cependant, les objectifs ne seront pas atteints.  « Cette reforme qui devrait créer un pôle de formation et de recherche cohérent et plus performant a, au contraire, favorisé la dégradation aussi bien des infrastructures que des performances académiques », révèle la convention. Face aux défis, pour la redynamisation de cet institut, partie de la stratégie du gouvernement pour atteindre l'émergence, il a été mis en place un Comité de pilotage des réformes de l'Inp-HB. Cela, par décision du ministre de  l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ce comité de pilotage est chargé d'étudier et de proposer au conseil de gestion de l'institut polytechnique les modalités des réformes à mettre en œuvre. Par ailleurs, un cabinet d'audit a été chargé de diagnostiquer les maux qui entravent les performances de l'Institut et de suggérer des solutions. De même, en vue de  mettre fin aux difficultés d'administration et de gestion de l'Inp-HB, l'auditeur recommande la création d'une nouvelle entité caractérisée par «  une nouvelle structure de gestion avec une large autonomie de gestion basée sur une association du privé  avec l'Etat ». Ce document soutient que  l'État décidant d'unir ses efforts avec ceux du secteur privé afin de redynamiser l'Inp-HB, a  décidé, non seulement de sa dissolution mais aussi a encouragé la création d'une nouvelle entité. Cela, sur la base des  recommandations du comité de pilotage et tenant compte du caractère d'intérêt général que revêt l'enseignement supérieur professionnel. Ce sont autant de motivations qui ont suscité la création d'une association à but non lucratif , dénommé Inp-HB régie par la loi du 21 septembre 1960 relative aux associations, regroupant l'État et les acteurs majeurs des secteurs du génie civil, du commerce , de l'industrie et de façon générale, des données d'enseignements du nouvel institut. Dans le cadre de cette réforme, l'État entend  transférer au «nouvel» i (...)

Lire la suite sur L'Inter


Félix Houphouët-Boigny Côte d'Ivoire Yamoussoukro gouvernement formation




Educarriere sur Facebook