FIF / Des présidents réclament une administration provisoire : Sidy Diallo assigné en justice


(Photo d'archives)
  • Source: L'Inter
  • Date: vend. 28 août 2015
  • Visites: 2674
  • Commentaires: 0
Comité ad'hoc, administration provisoire, les dénominations n'ont pas suffi hier, à l'hôtel Ibis Plateau, pour réclamer une transition à la tête de la Fédération ivoirienne de football (Fif).

Cheick Oumar Koné, Eric Monnet, Dao Mamadou et Eugène-Marie Diomandé qui n'était pas à la table de la conférence de presse, ''candidats déclarés'', sont convaincus que le mandat du président Sidy Diallo a pris fin et qu'il doit dégager le plancher. «Le mandat du bureau actuel de la fédération est terminé depuis le 30 juin 2015. C'est cet état de fait que nous voulons décrier ce matin et vous signifier que depuis le 30 juin, nous n'avons plus de président de fédération. Nous sommes dans le chaos total». C'est par cette phrase ''apocalyptique'' que Dao Mamadou a introduit l'objet de la rencontre des trois avec la presse. Selon lui, il est nécessaire de mettre sur pied un comité ad'hoc pour organiser les élections, lequel comité devrait être mis en place depuis 2012.

Fustigeant la mauvaise foi de l'équipe dirigeante fédérale actuelle, Dao Mamadou, outre le chaos institutionnel, a dénoncé un désordre financier à la maison de verre de Treichville. «Il y a un désordre financier. Jusqu'à ce jour, la Fédération est pratiquement en cessation de paiement. La Fif reste devoir à ce jour aux différents clubs, près de 600 millions de Fcfa (...)La production des licences est en difficulté. Le champion de Côte d'Ivoire n'a pas encore reçu son chèque. Les employés de la Fif ne sont pas payés depuis deux mois. Les fournisseurs réclament des créances», a-t-il dit, dépeignant un tableau des plus sombres quant à la situation financière de la Fif. «Nous voulons interpeller les présidents de club et leur dire qu'ils est temps pour qu'ils soient responsables. L'instance dirigeante est forclose. Pour nous candidats, il n'y a plus de président de fédération», devait-il ajouter.

Pour démêler l'écheveau, Dao Mamadou et ses camarades proposent la voie judiciaire. «Il est temps que la justice se saisisse de ce dossier, ainsi que la tutelle ministérielle et même que la Caf et la Fifa prennent le relais», a-t-il indiqué. C'est à Koné Cheick Oumar, qui se reclamait de l'Africa sports, qu'est revenu le devoir d'expliquer l'illégalité de la présence actuelle de Sidy Diallo à la tête de la Fif résumée en la forclusion et l'absence depuis 2012, d'une commission électorale indépendante qui aurait dû organiser l'Age. «Il y a une situation à laquelle nous devons trouver sereinement solution. Le mandat, c'est 4 ans. L'article 34 dit: ''la fédération doit faire une Assemblée générale ordinaire par an''. Pour les 4 ans de mandat, c'est 4 Ago. Et au plus tard le 30 juin de chaque année. La premi (...)

Lire la suite sur L'Inter


Monnet Fif football Sidy Diallo Koné Cheick Oumar Côte d'Ivoire Plateau Treichville candidats élections




Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour