Football / Eléphants : « Après Drogba, c'est moi... »


(Photo d'archives)
  • Source: Sport-ivoire.ci
  • Date: mar. 28 oct. 2014
  • Visites: 5800
  • Commentaires: 3
Critiqué par plusieurs observateurs, Salomon Kalou a démontré ses qualités de buteur lors de la défaite de la Côte d'Ivoire face à la RD Congo, lors de la 4è journée des éliminatoires de la CAN 2015. Dans les colonnes de sport-ivoire.ci, Kalunho, qui retrace son passage de Lille à Berlin, indique qu'il à présent temps pour lui de prendre la place qui lui revient chez les Eléphants.

Départ difficile de Lille, qu'est ce qui s'est véritablement passer entre toi et les dirigeants de Lille ?

Je pense qu'après la saison passée quand on s'est qualifié pour le tour préliminaire du Champions League, le club voulait se débarrasser des gros salaires et permettre aux jeunes de continuer dans le club afin de les vendre. C'est dans ce sens que je suis parti pour que le club puisse avoir des sous en caisse.

 

Il y a eu plusieurs clubs qui ont demandé à vous avoir mais finalement c'est le Hertha Berlin, un club qui n'est pas très côté qui a été retenu, comment ce choix s'est fait ?

Le choix de Hertha Berlin s'est fait facilement. Je préfère aller dans un endroit où l'on se plie en quatre pour me vouloir qu'un endroit où je dois forcer pour aller. A Berlin, ce club a misé tout sur moi. Quand un club mise sur un joueur, c'est pour qu'il réussisse. J'ai fait le choix en âme et conscience.

 

Vous êtes arrivé à Hertha Berlin avec une blessure, malgré cela vous avez un bon début d'exercice  avec 3 buts. Comment avez-vous pu gérer cela mentalement surtout ?

Mentalement cela à été dur. C'est pour ça que c'est important d'aller dans les endroits où on te veut vraiment. Le coach m'a laissé me reposer. Il m'a permis de récupérer de ma blessure. Quand il m'a placé titulaire, j'étais en pleine forme. Et c'est ça l'avantage d'aller dans un club où on te veut réellement. Sans savoir si j'avais le permis, ils m'ont donné une voiture. Ils m'ont bien logé. Je n'ai pas eu à me casser la tête pour me trouver une maison. Tout était déjà réglé. J'avais juste à mettre ma paire de chaussures pour jouer et c'est tout.

 

Comment tes nouveaux coéquipiers vous ont accueilli ?

Ils ont été très sympas parce que c'est une jeune équipe. Pour eux un joueur qui est passé à Chelsea, à gagner des trophées, est bienvenu. Ils étaient très heureux. C'était difficile au départ comme je le disais tantôt. Venir étant nouveau, il faut un temps pour s'intégrer mais ils m'ont permis de faire un premier bon match.

 

Les footballeurs ont pour habitude d'indiquer le projet d'un club pour justifier leur venue. Après avoir connu plusieurs clubs, quel est l'aspect du Hertha Berlin qui vous a séduit ? Quels sont les objectifs des clubs qui vous ont encouragé à signer ?

Je pense qu'aller dans un club et avoir l'opportunité de créer l'histoire de ce club, c'est intéressant. Apres avoir joué à Chelsea, ma priorité n'est pas  forcement d'aller dans un grand club où je serai juste qu'un joueur. Je veux être dans un club pour figurer dans l'histoire de ce club.  Un peu comme Didier Drogba quand il arrivait à Chelsea. En ce moment Chelsea n'était pas le club actuel. Pourtant il pouvait aller à Madrid qui le voulait mais quand il arrive à Chelsea, les portes lui sont ouvertes. Moi, c'est comme ça je vois les choses. Si je crée une histoire là-bas, mon nom y sera à vie.

 

“J'aurai l'occasion de jouer avec Gervinho et Rudi Garcia“

 

C'est quoi l'objectif sportif  pour la fin de saison avec l'Hertha Berlin aujourd'hui ?

L'objectif sportif, c'est d'obtenir une place européenne, je parle de la Coupe UEFA. Il y'a la possibilité pour tout le monde. Finir en coupe UEFA, c'est l'objectif.

 

Un bel objectif, mais l'on a parlé un moment d'un départ à l'AS Roma aux côtés de Gervinho et sous la houlette de Rudi Garcia. Une rumeur que vous confirmez ?

Oui il ya eu des contacts à un moment donné, mais je pense que ce n'était pas le bon moment. Je suis venu à Berlin, mais on ne sait jamais après on verra. Pour le moment c'est la concentration à Berlin.

  

Gervinho est votre ami de toujours, est ce que ça ne vous vient pas à l'idée de pouvoir évoluer avec lui dans un même club en Europe ?

Bien sûr, en plus Rudi (Garcia), c'est quelqu'un que je connais très bien. C'est grâce à Rudi que je suis arrivé à Lille. C'est lui qui m'a donné l'opportunité de venir à Lille. Et même si mon début lors de la première saison avec lui a été difficile,  il m'a permis de relever la tête. J'ai toujours de bons rapports avec lui et cela continue. Et peut-être qu'un jour j'aurai l'occasion de jouer avec Gervinho et Rudi Garcia. Pour moi ça va être un trio de feu. Rudi  c'est quelqu'un qui sait mettre un joueur en confiance. J'ai joué qu'une saison avec lui, Gervais le connais plus que moi. C'est l'un des meilleurs entraineurs que j'ai eu.

 

Plutôt à ses aises en Allemagne, Salomon Kalou n'est plus un titulaire en sélection nationale, est ce que c'est une situation qui vous gène ?

Non, ça ne me gène pas parce que j'ai décidé de ne plus jouer sur un coté. Et c'est important pour moi. Depuis que je suis en sélection j'ai accepté de jouer sur les cotés par rapport à Didier Drogba qui était  “L'ATTAQUANT“  de la Côte d'Ivoire. Jouer sur le coté, ce n'est pas facile. En tant qu'un joueur je sais que jouer devant est plus bénéfique. Moi ça ne me gène pas d'être en concurrence. J'ai envi de prendre du plaisir en sélection. C'est pourquoi je joue où je me sens à l'aise.

 

Les Ivoiriens vous critiquent. On parle de nonchalance dans la famille Kalou en référence à Bonaventure, votre aîné. Est-ce que vous le ressentez également dans votre jeu ? 

Oui je pense que c'est un autocollant. Ils l'ont fait avec mon frère donc ils le répètent. En sélection, je n'ai jamais joué au poste qui est le mien. Je n'ai jamais été mis dans les dispositions pour pouvoir réaliser les performances que j'ai en club, en sélection nationale. Malgré cela, il faut qu'on sache que je suis le deuxième meilleur buteur de cette sélection après Didier Drogba. En club, je joue en pointe d'attaque, mais en sélection je joue sur les cotés, ce n'est pas pareille. Donc je veux bien qu'on me critique dans ma manière d'évoluer sur le terrain, mais pour que je sois aussi performant qu'en club, il faut qu'on me mette à ma place.

 

“Possible que Drogba revienne en sélection comme Zidane“

Avec cette nouvelle sélection nationale qui se dessine, quelle serait pour vous le déclic, après avoir laissé des plumes à Abidjan face à la RD Congo lors des éliminatoires de la CAN 2015 ?

Ce qui va vraiment nous lancé c'est de se qualifier. Parce que même si le match contre le Congo à Abidjan a  été décevant après une belle victoire à l'extérieur, le fait de se qualifier pour la CAN va créer une certaine sérénité, même si rien ne serait encore joué au niveau de la solidité de l'équipe et sa capacité à se positionner comme prétendant sérieux pour la victoire finale.  Je pense que cette génération a besoin de cette qualification. Pour cela on doit améliorer notre performance collective.

 

Hervé Renard a dit : « Je ne peux pas prendre une équipe de Côte d'Ivoire, sans penser à remporter la CAN ». C'est également votre objectif ?

Bien sur.  C'est juste que cette équipe de Côte d'Ivoire regorge tellement de talents. On a donné l'espoir chaque fois aux Ivoiriens qu'on pouvait aller loin, gagner une coupe. Même si ce n'est pas encore fait, on pense à le faire. Le football n'est pas une science exacte donc ce n'est pas forcement la meilleure équipe qui gagne. Il y a une possibilité pour nous, la nouvelle génération de porter les jeunes vers le haut. Ce qui fera de nous une grande nation de football.

 

Didier fut longtemps votre partenaire à Chelsea et un véritable confident. Aujourd'hui qu'il a quitté la sélection dans les conditions que vous savez, communiquez-vous  toujours ensemble ? Est ce qu'il affiche l'envie d'un come-back chez les Eléphants ?

Didier est accroché à son pays, je sais que ça lui manque. C'est sur que jouer pour les Eléphants, ça lui tient à cœur. Maintenant, peut-être que cela ne plait pas à tout le monde mais le fait de prendre sa retraite internationale, c'est sa décision. Moi en tant qu'ami et petit frère, je respecte sa décision. Il a réfléchi longuement, mais je peux vous assurez qu'il porte l'équipe nationale dans son cœur. Il suit tous les résultats et souvent ils nous donnent des messages d'encouragement.

 

Avec les Ivoiriens qui l'ont réclamé pendant les matches éliminatoires, est ce que vous pensez qu'il pourrait revenir sur sa décision ?

Tout est possible. On a déjà vu des joueurs comme Zinédine Zidane faire leur come-back. Donc pour moi tout est possible. Tant qu'il a la forme et la santé, tout est possible.

 

Comme Drogba, vous avez également une fondation qui œuvre dans le domaine de la santé. Avez-vous d'autres projets au programme pour la lutte contre l'insuffisance rénale ?

Bien sur. On a fait l'arbre de Noel à Bingerville, aussi le centre de Dialyse de Bouaké. Maintenant nous sommes entrain de travailler sur d'autres centres de dialyse qui seront à Gagnoa c'est-à-dire à l'intérieur du pays. Avec le SAMU, on arrive à sauver des vies. Pour moi c'est le plus important. Dans la vie, il n'ya pas que le football. A travers ma fondation, je viens en aide à ceux qui en ont besoin.

 

Réalisée par Patrick GUITEY




CAN 2015 UEFA footballeur Eléphants Didier Drogba Salomon Kalou Gervinho Hervé Renard Zinédine Zidane Chelsea Côte d'Ivoire Abidjan Gagnoa Bouaké Bingerville Congo Allemagne Europe SAMU



Educarriere sur Facebook

Offres d'emploi du jour