Abobo : Le corps sans vie d'une femme découvert, son mari introuvable et injoignable


Le corps de la victime a été découvert dans cette maison
  • Source: linfodrome.com
  • Date: jeu. 15 sept. 2022
  • Visites: 613
  • Commentaires: 0
Le corps sans vie d'une jeune femme, en putréfaction, a été découvert le lundi 12 septembre 2022, dans une cour commune à Abobo. Toutes les tentatives de joindre son mari sont restées jusque-là vaines.

Moins de deux semaines après l'affaire ‘'Un chauffeur découpe sa femme'' à Abobo Plaque 1, un autre drame a été enregistré dans la même commune d'Abobo. En effet, selon RTI Info, le corps sans vie d'une femme a été découvert le lundi 12 septembre 2022, dans une cour commune.

La victime a été battue à sang dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 septembre 2022, par son époux

A en croire les témoins, la victime a été battue à sang dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 septembre 2022, par son époux, mécanicien de son état. Curieusement, ce dernier est introuvable et injoignable.

Selon les témoignages des voisins, le mécanicien avait l'habitude de frapper sa femme et n'apprécie pas que les gens interviennent lors de ces bagarres. Et c'est la forte odeur de son corps de la victime, en putréfaction, qui a attiré leur attention.

« Toujours, il frappe sa femme. Quand on s'en va, le monsieur lui-même il ne veut pas que les gens viennent les séparer. Ils ont fait palabre dans la nuit du jeudi. C'est l'odeur qui a fait qu'on a su qu'il y a quelque chose », a confié Diane Akossi, une voisine de la victime.

Selon Viviane Koffi, une autre voisine, la victime criait au début lorsque son mari la frappait. Mais « Après, elle ne pleurait plus. Donc tout le monde pense que palabre est fini. Depuis le matin, on tape la porte… », raconte-elle.

Franck Blonhi, un riverain souligne que c'est la forte odeur des environs qui a poussé les voisins à alerter la police. « Matin, on s'est réveillé. On a senti une odeur. On est allé appeler la police qui est venue casser la porte. Ils sont rentrés. Ils ont vu que c'est une femme qui est couchée. Elle est morte, mais on n (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


RTI Abobo police




Educarriere sur Facebook