Bloléquin / Meurtre rituel : un riche transporteur accusé d'avoir assassiné un apprenti-chauffeur
La gendarmerie gravement mise en cause. La population sur le pied de guerre


Un affrontement intercommunautaire menace Blolequin suite à la mort suspecte d’un jeune Gueré...
  • Source: linfodrome.com
  • Date: mer. 29 avr. 2020
  • Visites: 1434
  • Commentaires: 0
Le 22 Avril 2020, aux alentours de 19h, le corps sans vie de Séanda Junior, la trentaine bien sonnée, est « balancé » d'un véhicule, à l'hôpital de Blolequin.

Cet apprenti chauffeur serait mort, à la suite, victime d'un projectile qu'aurait lancé «  un fou », vers le véhicule de transport, dans lequel, il n'y avait que le chauffeur, ses deux frères et Junior Séanda. Les parents de la victime crient à « un assassinat rituel ». Le commandant de Brigade de Bloléquin est gravement mis en cause… Blolequin, est un chef lieu de département situé à plus de 500km d'Abidjan dans la région du Cavally à l'Ouest de la Cote d'ivoire.

Le caractère cocasse des circonstances de la survenue du drame, les explications invraisemblables livrées par le chauffeur, fils du riche transporteur nigérian et les constats fait, sur le corps par ses parents, ont éveillé leurs soupçons. La poitrine de al victime porte une plaie béante. Une bonne partie du poumon gauche arrachée. La partie dorsale du cou, notamment au niveau de la nuque est ouverte. La chevelure et une partie de la cervelle arrachées. Ce qui a dû rapidement causer la mort du jeune apprenti.

Ce jeune Gueré de Toulépleu était seul avec trois jeune nigérians, les enfants de son patron. Selon nos sources, un mois plus tôt, le jeune apprenti avait décide d'arrêter de travailler avec son patron, un nigérian au regard de ses pratiques fétichistes. Mais, il revient sur sa décision, après avoir été approché par celui-ci, avec la promesse d'améliorer ses conditions salariales. Il prenait rendez-vous avec la mort… C'est seulement 3 jours après sa reprise du travail qu'il a trouvé la mort, dans des conditions mystérieuses.

Parti pour le service le mercredi 22 avril 2020, au matin, Séanda Junior, y trouvera la mort. M. Apôtchô son patron, explique que le jeune « homme serait mortellement atteint par un bois lancé sur leur véhicule en circulation, par un fou ». Des explications du transporteur nigérian peu convaincantes, au vu du corps de Junior, méconnaissable pour être la victime d'un jet d'un morceau de bois. Dès lors, d'interminables interrogations vont naître. Avec en point de mire, l'hypothèse d'un crime rituel.

Selon notre source, il était 19h GMT ce mercredi 22 avril quand Moké, le cousin et cadet de Séandé Junior reçoit un appel de l'hôpital général de la ville. Il y sera reçu par Dr D, médecin généraliste. Celui-ci lui annonce la mort accidentelle de son aîné dont le corps venait d'y être admis par son patron Apôtchô, le riche transporteur nigérian. Sur ce, le médecin demande avec insistance l'évacuation du corps au risque de l'abandonner sans conservation. Moké décide alors de s'en remettre à Apôtchô dont le véhicule était encore stationné dans l'enceinte de l'hôpital.

Contre toute at (...)

Lire la suite sur linfodrome.com


Abidjan accident




Educarriere sur Facebook