Vive tension à Duekoué : 1 mort au commissariat de Police
Des populations se soulèvent, des prisonniers libérés, plusieurs blessés


Il y a eu un soulèvement à Duékoué (Ph : I.B)
  • Source: Soir Info
  • Date: lun. 17 oct. 2016
  • Visites: 1870
  • Commentaires: 0
Le mercredi 12 octobre 2016, Duékoué, ville située dans l'ouest ivoirien, a été le théâtre d'une course-poursuite entre forces de l'ordre et populations civiles.

A l'origine de cette tension, la mort d'un gardé-à-vue  dans la cellule  du commissariat de Police de cette ville, à la suite d'une bastonnade à lui infligée par des policiers. De quoi s'agit-il ?

Le mardi 11 octobre 2016, des éléments en civil et faisant partie de la cellule de la Police criminelle débarquent dans le quartier périphérique « Carrefour » et arrêtent le nommé Doh Delmas Amos, un jeune de 27 ans, originaire du village de Blody, accusé de malversation. Conduit dans les geôles du commissariat du 1er arrondissement de cette ville, il est retrouvé mal en point dans la matinée du mercredi 12 octobre, après une terrible bastonnade que lui auraient infligée les hommes du lieutenant Traoré.

Transporté d'urgence à l'hôpital général, il meurt les instants qui suivent. Une situation qui a provoqué la colère des populations. Pour manifester leur mécontentement, elles assiègent les bureaux de la Police criminelle, mitoyenne au commissariat de Police du 1er arrondissement, qu'elles mettent à sac. Les vitres et portes volent en éclats. Ce n'est pas tout: les émeutiers libèrent des détenus au violon.

Débordés par les événements, les policiers prennent la poudre d'escampette, avant de laisser  leurs bureaux aux (...)

Lire la suite sur Soir Info


Duékoué




Educarriere sur Facebook