Campagne 2014 : Le prix de l'anacarde fixé à 225 Fcfa/kg

  • Source: Le Patriote
  • Date: mar. 18 fév. 2014
  • Visites: 2402
  • Commentaires: 2

Les producteurs d'anacarde sont désormais fixés sur leur sort en ce qui concerne le prix de l'anacarde pour la campagne principale 2014. Ainsi, sur la base des concertations avec les acteurs de la filière, le prix bord champ plancher est de 225 FCFA/kg. Soit une hausse de 25 FCFA par rapport à 2013.

L'information a été donnée hier, à l'auditorium de la Caistab, au Plateau, par Mamadou Bamba, Pca du Conseil du Coton et de l'Anacarde. Quant à Malamine Sanogo, Directeur général dudit conseil, il a expliqué qu'afin d'assurer le respect des prix aux producteurs, des dispositions pratiques vont être prises dans le cadre de la commercialisation intérieure, à savoir : une fourniture de services aux producteurs (encadrement et sacherie) ; un agrément pour des acheteurs et des magasins ; l'introduction et la standardisation des supports de commercialisation ; l'ouverture des antennes du Conseil du Coton et de l'Anacarde dans les zones de productions ; la mise en place de brigades de surveillance de prix et des dispositions de la commercialisation ; la lutte contre la sortie frauduleuse de la noix par les frontières terrestres avec l'instauration de brigades. « In fine, il s'agit de relever le prix d'origine Côte d'Ivoire et le prix d'achat aux producteurs », a précisé Malamine Sanogo.

Pour Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre de l'Agriculture, la reforme des filières coton et anacarde s'inscrit dans la volonté du chef de l'Etat de rendre la gestion de ces cultures transparentes afin que le producteur bénéficie d'une juste rémunération. « Il faudrait que le producteur bénéficie de 60% du prix Caf. C'est ce qui a été fait avec le prix de 225 FCFA/Kg, prix consensuel. Je demande donc à l'ensemble des acteurs de la filière de respecter ce prix plancher », a averti le ministre. Avant de demander aux producteurs d'adopter de fortes pratiques post-récoltes.

En ce qui concerne la fuite du produit vers les pays frontaliers, notamment le Ghana, il a été rappelé que la vente du produit par voie terrestre est interdite. « La production du Ghana n'excède pas 40 000 tonnes alors que ce pays a des magasins de 65 000 tonnes. Je demande aux opérateurs qui ont installé des usines à Sampah, au Ghana, de les délocaliser à Bondoukou. La Côte d'Ivoire a l'un des meilleurs prix sinon le meilleur, en plus de la qualité du produit », a révélé le ministre de l'Agriculture.

Il a par ailleurs annoncé des sanctions contre ceux qui vendront leur production au Ghana. Ils pourront se voir retirer leur agrément. « Que des comportements isolés ne viennent pas tirer les prix (qui peuvent être révisés dans trois mois si c'est nécessaire et en fonction du marché international) vers le bas. Si nous sommes disciplinés, la filière anacarde a de beaux jours devant elle », a conclu Sangafowa Coulibaly.

JEA
 




Mamadou Sangafowa Coulibaly Côte d'Ivoire Plateau Ghana prix plancher coton anacarde



Educarriere sur Facebook